Le Dit de la Terre Plate, intégrale Livre II de Tanith Lee


  • Titre VO:  Flat Earth, book 2 : Night’s daughter
  • Edition: Editions Mnémos
  • Nombre de pages: 652 pages
  • 4ème de couverture:  Au sommaire:

– La Maîtresse des Délires
– Les Sortilèges de la Nuit

À l’époque où la Terre était toujours plate, où les démons venaient hanter les rêves et l’existence des hommes, naquit de l’union d’une beauté mortelle et d’Ajrarn, le Seigneur des Ténèbres, une fille qui fut nommée Ajriaz.

On la cacha sur une île entourée d’une brume magique pour qu’elle passe sa vie à rêver, mais sa beauté et sa puissance attirèrent bientôt l’attention d’un autre puissant seigneur-démon, ennemi intime d’Ajrarn : le prince Chuz, le Maître des Illusions, qui œuvra alors pour la libérer de sa prison et la métamorphoser en Maîtresse des Délires.

Ainsi serait-elle connue dans les royaumes humains et démoniaques, et sa destinée en ferait successivement une déesse, une reine, une guerrière, une sage, devant laquelle même le Seigneur des Ténèbres finirait par s’incliner…

Mon avis:

Cela faisait un peu plus d’un an que j’avais lu le livre I du Dit de la Terre Plate, quand j’ai enfin lu le second, oui j’insiste sur le « enfin » car j’ai mis du temps je l’avoue. Ce premier tome, à l’époque m’avait laissée en mémoire le paradoxe entre l’écriture typique d’un conte et son genre : la dark fantasy mais surtout la beauté de son style.

Mes impressions ont été dans un premier temps semblables à celles que j’avais eus pour le premier livre, c’est-à-dire que je suis tout autant tombée sous le charme du ton employé pour conter et tout autant stupéfaite de l’ambiance décrite. Toujours aussi paradoxal, aussi merveilleux, aussi étonnant … Dans les points positifs de ces premières pages, j’ai eu aussi la bonne surprise de voir qu’on retombait vite sur nos pieds puisque le récit reprenait directement la suite sans prendre les intrigues ou problèmes de loin comme Tanith Lee en avait joué dans le tome précédent. La carte de la simplicité dans le jeu des intrigues a même été utilisée en continu. En effet, je n’ai jamais retrouvé ces intrigues si bien ficelées dont tout devenait clair seulement à la fin et où l’on constatait que l’auteur avait vraiment débuté loin en arrière pour la compréhension du lecteur. J’ai été un peu déçue car j’aimais ce jeu qu’elle menait de manière phénoménale, ici à par quelques rappels de certains faits du Livre I rien n’a eu de manière à surprendre. Ma lecture m’a donc cette fois-ci plus ennuyée car l’action et le suspens ont largement été moins présents.

Il y a seulement eu une partie qui se détache à mon goût et qui m’a vraiment plu dans le 2ème livre de ce pavé intitulé « Ajriaz, la déesse ». Cette partie a été totalement inédite car elle est sortie de ces principes récurrents comme la puissance, le pouvoir qu’elle maniait au fil des histoires. Ici, la peur nous envahit vis-à-vis des évènements que les personnages principaux ne maitrisent plus. J’ai apprécié cette découverte d’une facette d’eux totalement à l’opposé de ce qu’ils ont toujours été. Ce passage totalement contradictoire a donc été une bouffée de fraîcheur puisqu’on sortait des sentiers battus des éléments essentiels composant le récit…

Cependant, la suite restera dans l’ensemble fidèle à ce qui nous a été dit jusqu’ici, c’est-à-dire des récits parlant de dieux ou demi-dieu avec les caractéristiques allant avec. Malgré que, tout est décrit dans des contes, légendes, récits ; les uns les plus originaux que les autres, j’ai quand même fini par me lasser de ce lot de récurrences. La dernière partie m’aura de plus étonnée par son étrangeté. Elle  s’intitule « La maitresse des Sortilèges » elle nous raconte les contes et légendes qui ont tourné autour d’Ajriaz, son amoureux et son père. A ce stade de la lecture, j’ai trouvé assez désopilant de lire ces lignes si tardivement, j’aurais peut être préféré les lire en alternance avec le fil conducteur principal.

Concernant les thématiques, comme dans le tome précédent, de nombreuses réflexions seront déclenchées à chaque étape de la lecture sur ce qui est conté. Ce thème et d’autres qui en découleront comme l’amour interdit, « l’enfant-roi » seront aussi intéressants que ce qui avait été évoqué auparavant.

Et concernant les personnages, mes sentiments ont évolué suivant l’avancée du récit et ce que le personnage représentait. Ajriaz, m’a beaucoup plu quand elle a enfin été un peu plus « sage » et au contraire, je l’ai détesté quand elle n’en faisait qu’à sa tête.  Ajrarn m’a déçue par son comportement de père, il est passé pour un égoïste qui a voulu créer son jouet sans en assumer les conséquences même s’il a tenté de rattraper les évènements, mais pour moi ce n’était pas suffisant. En conséquence, j’ai aimé ou haï les personnages suivant ce que l’auteur faisait d’eux…

Dans l’ensemble, je dirais que je suis contente d’avoir pris le temps de découvrir cette œuvre dans son intégralité, ce livre est une véritable fresque de ce monde de la Terre Plate. Tanith Lee a le génie de proposer des histoires très diverses qui ne se ressemblent pas, qui font voyager le lecteur même si comme je l’ai dit pour ce livre II cela m’a moins plu mais comme on dit les goûts et les couleurs… Mes sentiments ont été plus mitigés à l’égard de ce tome, peut être déjà car vu le nombre de pages conséquents ils étaient tant que ça se finisse. Malgré tout, je pense que les accros à la fantasy ne doivent pas passer à côté, c’est un chef d’œuvre il faut le lire même s’il ne peut pas forcément plaire dans son entièreté.

Mon avis sur le Livre I : ici

Publicités

4 réflexions sur “Le Dit de la Terre Plate, intégrale Livre II de Tanith Lee

  1. Bonjour!

    Je viens de lire ta critique, l’ambiance et l’histoire évoquent beaucoup « La Saga d’Uasti » (de Tanith Lee), que j’ai lue.

    Je me demandais si tu avais aussi lu cette saga, et du coup si tu pouvais me donner un avis comparatif avec « Le Dit de la Terre plate ». J’avais bien aimé Uasti, qui avait une ambiance très particulière. Je lirais volontiers d’autres livres de Tanith Lee, mais au vu de ce que tu as écrit, j’ai peur de lire une « Saga d’Uasti bis » :S

    Bonne journée!

    J'aime

    • Je suis désolée mais je ne peux pas répondre à ta question car je n’ai pas lu cette Saga. Si tu veux qu’on discute plus en détail de ce que tu as peur de retrouver dans Le Dit de la Terre Plate, n’hésite pas à préciser tes questions ^^.

      A bientôt,

      J'aime

      • Pas de soucis 🙂 En fait c’est surtout qu’en lisant ta description de l’histoire, notamment celle d’Ajriaz, j’avais l’impression de revoir (partiellement celle) d’Uasti. L’héroïne parcourt le monde, passant du statut de déesse à celle de sorcière, de reine,… Idem pour les thématiques. Enfin je suppose que ça doit être la marque de fabrique de Tanith Lee :p

        Par contre le fait que ce soit des nouvelles, ça a l’air sympa. Je crois que je vais me laisser tenter par le premier tome, je verrai à partir de là si je continue ou pas!

        J'aime

      • C’est possible que ça soit sa marque de fabrique oui. Des nouvelles plutôt des légendes quand même. Le plus intéressant est le tome 1 sur ce point car il y a quelques réecritures de celles que le commun des mortels connaît :).

        J'aime

Un petit commentaire me ferait plaisir, n'hésitez pas

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s