La Belgariade, tome 2: La Reine des Sortilèges de David Eddings


  • Titre VO: The Belgariad, book 2: Queen of Sorcery
  • Edition: Editions France Loisir
  • Nombre de pages: 545 pages
  • 4ème de couverture: Horreur! Le dieu pervers, Torak, va s’éveiller! Les temps sont venus, l’univers vacille et Belgarath se hâte: il n’esy que temps de retrouver l’Orbe d’Aldur, le joyau du destin, qui peut sauver les hommes de la colère des dieux. De la brumeuse Arendie à la putride Nyissie, patrie des Hommes-Serpents, Belgarath entraîne Garion sur une route semée d’embûches. Garion, le petit paysan qui n’a jamais cru aux sorts, ne sent pas la haine qui le menace, ne comprend pas ces femmes qui se pressent autour de lui: une pour l’instruire, une pour le séduire, une pour le réconcilier avec les pouvoirs dont il ne veut pas…
    Est-ce lui, l’Enfant de Lumière, le descendant des rois de Riva, l’enfant marqué par les présages, de toute éternité, pour affronter Torak?
  • Y-a-t-il une suite? oui il y a 5 tomes au total pour la Belgariade

 

Mon avis:

Avec Valérie du blog La Vie telle qu’elle me passionne, nous avions débuté l’année en lisant le premier tome de La Belgariade de David Eddings. Nous avons poursuivi ensemble la lecture du tome 2.

Pour résumer, « La Reine des Sortilèges » reprend directement là où s’était arrêté le premier tome. On poursuit encore la quête du début, celle de retrouver L’Orbe. Le récit a de nombreuses similitudes avec le livre précédent. En effet, les personnages voyagent encore de villes en villes mais prennent toujours leur temps malgré qu’il faille retrouver l’objet d’urgence. Ils tentent toujours de convaincre d’autres personnes influentes, souvent des souverains des contrées traversées, de l’arrivée d’évènements tragiques et de réagir afin de protéger les populations. Le rythme est aussi identique avec une première partie plus que lente et une seconde dotée de beaucoup d’actions quoique le début aurait pu laisser entendre qu’il en serait autrement j’en reparlerais quelques lignes plus loin. Je ne serais pas originale mais c’est encore cette seconde partie de livre que j’ai apprécié.

Concernant le début, j’ai d’abord cru que Monsieur Eddings nous réservait une construction différente avec l’arrivée immédiate d’un jeune homme, Lelldorin au sein du groupe formé par Tante Pol, Sire Loup, Garion, Silk, Durnik, Barak. Celui-ci se lie très rapidement à Garion, une relation si rapide que je n’ai pas adhéré. Sauf que le peu d’actions qui entourent cet arrivant s’essouffle vite et on retombe dans la routine des voyages de contrées en contrées. J’ai donc été vite déçue par un semblant d’actions qui n’a pas su durer et un évènement qui me paraissait totalement malvenu dans le sens où je trouve que tout est mal géré. Val m’a donnée l’idée que peut être David Eddings voulait donner un compagnon de son âge à Garion pour aborder certains sujets entre autres. De ce point de vue, cela se tient mais l’introduction de son arrivée était rapide, en quelques lignes l’amitié des 2 garçons étaient accomplie. Et puis, ce Lelldorin franchement quand même ce n’est pas un cadeau…

D’autres protagonistes s’ajouteront dont une demoiselle du nom de Ce Nedra. Eddings innove, enfin un autre personnage féminin dans ce monde très masculin.

Hormis ce début que je n’ai pas su apprécier, la suite a su me convaincre sur plusieurs points. D’une part, on voit Garion évoluer, on constate aussi une évolution des relations qu’il a avec les adultes et avec une jeune demoiselle. Et cela a été appréciable car cela devenait difficile dans le premier tome de le voir se faire traiter comme un enfant alors qu’il était déjà adolescent. Je me sens donc plus à l’aise avec notre jeune héros.

D’autre part, ma curiosité a été véritablement éveillée le concernant pour le côté mystérieux de sa personnalité, avec l’apparition de pouvoirs…. J’ai très hâte d’en lire la suite afin de mieux comprendre et de voir si mes hypothèses à ce sujet sont confirmés car tout est dit à demi-mot…

Concernant les lieux visités,  j’ai eu un coup de cœur pour la forêt des Dryades. Les descriptions, l’ambiance, j’ai tout adoré et ce sont des passages que j’adorent lire sous la plume d’Eddings.

On retrouve aussi des thèmes déjà présents dans le tome 1 comme la différence entre chaque peuple. Nos personnages y seront confrontés surtout Garion qui découvre des choses comme le servage qui lui apparaissent totalement insensés. C’est le moment pour lui de se questionner, de comprendre que tout le monde ne vit pas de la même façon.

Pour finir, j’ai aimé ce tome 2 mais je m’attendais à quelque chose de différent par rapport au premier livre et je suis déçue de ce point de vue. J’ai eu l’impression de lire un entracte, un prolongement du tome 1 qui avait très peu de substance. On sait que c’est le calme avant la tempête depuis le tome 1, il serait temps qu’on y soit. Je pense que je pète un boulon si le tome 3 n’est encore que voyages sur voyages car certains passages valent le coup d’œil mais ce n’est pas suffisant sur la durée…

Pour voir l’avis de Val, ma binome de LC c’est ici.

Lu dans le cadre du Challenge A&M Sagas

Publicités

2 réflexions sur “La Belgariade, tome 2: La Reine des Sortilèges de David Eddings

  1. Pingback: La belgariade : La reine des sortilèges, tome 2 de David Eddings | La vie telle quelle me passionne

  2. Pingback: Résumé de l’année 2013 | inspireretpartager

Un petit commentaire me ferait plaisir, n'hésitez pas

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s