Glacé de Bernard Minier


 

  • Edition: Editions Pocket
  • Nombre de pages: 725 pages
  • 4ème de couverture: Décembre 2008, dans une vallée encaissée des Pyrénées. Au petit matin, les ouvriers d’une centrale hydroélectrique découvrent le cadavre d’un cheval sans tête, accroché à la falaise glacée. Le même jour, une jeune psychologue prend son premier poste dans le centre psychiatrique de haute sécurité qui surplombe la vallée. Le commandant Servaz, 40 ans, flic hypocondriaque et intuitif, se voit confier cette enquête, la plus étrange de toute sa carrière. Pourquoi avoir tué ce cheval à 2 000 mètres d’altitude ? Serait-ce, pour Servaz, le début du cauchemar ? Une atmosphère oppressante, une intrigue tendue à l’extrême, une plongée implacable dans nos peurs les plus secrètes, ce premier roman est une révélation !
  • Y-a-t-il une suite? : Le Cercle est une autre enquête de Servaz.

Mon avis: 

J’ai acheté ce livre à un moment où j’ai commencé à entendre beaucoup de bien de l’auteur. Glacé était sorti depuis déjà plusieurs mois à l’époque et Le Cercle sortait juste et remportait de nombreux suffrages auprès des lecteurs. Je me suis laissée tenter en me disant après tout pourquoi quoi, ce sera l’occasion de lire un auteur français de plus en thriller.

Concernant l’histoire, elle se révèle prometteuse dès les premières pages. En effet, on entre en plein cœur du sujet au travers des personnes qui vont découvrir la première victime. Le lecteur n’a pas vraiment le temps de comprendre qu’il va lire très très vite les premières horreurs d’un meurtrier déchaîné. De plus, le cadre ne s’y prête pas vraiment, en plein cœur des Pyrénées, à plusieurs mille de hauteur, à côté d’une centrale hydroélectrique, la surprise est énorme.

L’auteur fait encore plus fort en plaçant une victime plutôt inattendue dans ce genre de récit. On peut dire que tout commence fort et qu’il y a de forte chance pour espérer une suite équivalente.

Cependant, le sensationnel retombe très vite avec la mise en place de l’enquête. On en suit les prémices pas à pas. Le rythme en est ralenti mais cela a le mérite de permettre au lecteur de prendre son temps pour découvrir l’ensemble de l’environnement sachant que les protagonistes Servaz, l’enquêteur principal et Diane, un nouveau membre du personnel du centre psychiatrique de la vallée sont aussi nouveaux dans la région.

Pour ma part, j’ai eu un peu de mal avec ce rythme très millimétré. L’ennui est assez vite arrivé et avec lui mon attention pour observer les défauts (qui ne le fait pas dans ces cas-là ?). Alors, mon cerveau n’étant pas trop surmené pour suivre l’action, je me suis mise à faire attention à l’écriture, au lexique. Très vite, j’ai été contente, Bernard Minier écrit bien avec un vocabulaire riche. Ça a été l’occasion pour que je découvre le mot « cyclopéen » entre autre. Mais quel surprise, quand j’ai fini par constater que l’auteur cherchait à faire fureur en l’utilisant un peu trop fréquemment, même usage pour les descriptions qui sont un peu trop identiques. Passons, en montagne, on observe bien souvent les mêmes paysages. Cependant, l’auteur a eu tendance à revenir très souvent à ses présentations de paysages sur plusieurs lignes comme s’il avait besoin de combler quelques blancs. Je n’ai pas eu l’impression que c’était nécessaire aussi fréquemment et cela est devenu gênant.

Heureusement, mon attention a fini par être retenue. Des nouveaux meurtres ont eu lieu, les suspects arrivent, des pistes se présentent. Enfin, de l’action!!! Chaque chute de chapitre fait monter le suspens à son comble, me laisse sur ma fin et de fil en aiguille, les pages défilent plus vite. J’ai été tellement embarquée dans l’histoire que ce jour-là j’ai acheté Le Cercle dans la foulée. Je me suis dit qu’il y avait bien quelques défauts mais que l’auteur savait finalement y faire.

Mais, très vite, mon engouement est retombé comme un soufflet. J’ai eu énormément de mal à finir les 100 dernières pages. Pourquoi ? J’ai senti le retournement de situation, j’ai compris trop vite que quelque chose clochait. En soit, j’ai attendu avec impatience de savoir si j’avais raison. Mais mon attention a encore été perturbée par des descriptions, des passages très lents au moment où on en veut pas. J’aime que les auteurs fassent durer le suspens pourtant mais alors les descriptions à n’en plus finir, j’ai trouvé ça gênant encore une fois. Vous attendez la suite de l’action, des personnages sont en danger… et non vous devez observer encore une fois le paysage. C’est frustrant il n’y a pas d’autre mot !!!

Et la fin, au vu de l’éparpillement d’indices laissés au cours du récit reste prévisible. De plus, au début l’enquêteur Servaz était sur une autre enquête, on l’a suivi en parallèle de ces meurtres dans la vallée. Et, à un moment, on ne nous parle plus de rien. J’ai trouvé cela aussi dommage de ne pas avoir su exploiter jusqu’au bout ces petits choses en plus qui avaient l’air de tenir à cœur à l’auteur et de donner une logique au récit.

Finalement, j’ai lu un thriller qui a des défauts quant à la forme et qui de plus ne présente rien de nouveau par rapport aux livres actuels. Je pense que suite aux très bons avis de la presse, des lecteurs ; j’en attendais trop. J’ai finalement cherché la petite bête pour voir s’il était vraiment bon jusqu’au bout. Bon, on relèvera quand même que je devais lire ce livre dans un challenge portant sur l’hiver donc il est tombé à pic. Surtout avec des descriptions hivernales à souhait et en France, cela nous change de l’habituel Amérique du Nord et des Rocheuses. Je trouve un petit avantage sur ça mais je ne pense pas que ce soit le cas de tout le monde.

Je pensais lire Le Cercle dans la foulée mais il attendra…

Au travers de ce livre j’ai visité la France.

1 thriller lu

1/10

Publicités

10 réflexions sur “Glacé de Bernard Minier

  1. Merci beaucoup pour ton avis ^^

    Ça fait du bien de lire un avis contraire à la majorité, et ce bien argumenté. Plus de 700 pages pour un thriller, c’est assez conséquent, et le remplissage peut très vite ressortir. Puis, ce n’est pas comme dans de la fantasy où l’on tolère plus facilement les passages descriptifs d’univers enchanteurs ^^’.
    On m’a offert ce livre tout récemment et avec tout le bien que l’on m’en a dit, j’avoue que j’attends à lire quelque chose d’énorme. Finalement, venir tempérer cette « excitation » avant n’est pas plus mal ^^

    J'aime

    • De rien. Bon déjà, tu me rassures, j’ai eu l’impression d’être trop sèche tout en argumentant pas assez mais apparemment cela est suffisant ^^. Comme tu dis, tout va dépendre du registre pour les descriptions. J’aime les paysages de montagne mais c’est vite redondant le blanc et pas forcément d’une utilité majeure dans un thriller :D. J’aurais eu besoin de lire des avis plus mitigés car jusqu’à la 4ème de couverture, on vend plus que bien ce livre. Autant dire, que je me suis vite sentie perdue.
      Prend ce livre comme une lecture plaisir sans trop t’attacher à la forme même s’il y a du bon quand même, tout n’est pas à jeter.

      J'aime

      • Je préfère mille fois un avis sincère, qui aura le courage de pointer du doigt certains défauts ressentis quite à avoir un ton sec si nécessaire qu’une chronique trop mielleuse qui ne fera pas ressortir son ressenti réel ^^.
        Pour ma part j’ai trouvé que c’était bien argumenté et les défauts que tu pointent sont cruciaux lorsque l’on parle de thriller. Je suis d’ailleurs le premier à être agacé par des problèmes de rythme. Lorsque je décide de lire peu le soir, j’aime avoir le sentiment d’avancer dans ma lecture. Pour cela le rythme est primordial, et dans un thriller mille fois plus 🙂
        Et c’est vrai qu’entre ce qu’on nous vend et la réalité parfois on tombe de haut. Cela me rappelle le livre Un automne à river falls de Alexis Aubenque qui a reçu je ne sais plus quel titre de meilleur polar de l’année alors qu’il ne vaut vraiment pas tant que ça. Je m’attendais à un truc énorme, c’était juste sympa.

        J'aime

      • Pour l’avis sincère, je ne dis pas après des chroniques négatives peuvent totalement rebuter un lecteur et ce n’est pas non plus mon but. En tout cas, ravie de t’avoir donné un avis « utile » ^^. Comme tu dis, combien de fois, on est déçu par quelque chose plus que vanter… En polar c’est fréquent, tout dépend des livres qu’on a déjà lu. On devient parfois blasé par certaines récurrences et on ne perçoit pas la même chose dans ce cas que quelqu’un qui découvre cet élément dans une intrigue.

        J'aime

  2. Ah j’avais très envie de lire ce livre, car comme tu le dit on en entend énormément parler ! Pour autant je vais faire attention à ne pas en attendre trop, même si ça va être compliqué, j’ai aimée ton argumentation, et ton avis est bien construit. On comprend ce qui t’a gêné et tu explique également que l’intrigue t’a plus malgré ces défauts ! A voir donc =)

    J'aime

  3. Pingback: Voeux et Résolutions 2016 | InspireretPartager

Un petit commentaire me ferait plaisir, n'hésitez pas

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s