De la terre dans la bouche de Estelle Tharreau


delaterredanslaboucheestelletharreau

Un titre intriguant, une 4ème de couverture tout autant. Le contexte de la Seconde Guerre Mondiale m’a surtout poussé à dire « oui » à la proposition de Joël des Editions Taurnada pour découvrir De la Terre dans la bouche d’Estelle Tharreau.

Elsa est une jeune femme qui vient de perdre un membre de sa famille, sa grand-mère, presqu’une mère puisqu’elle l’a quasiment élevé. Avec ce décès, Elsa découvre un pan de sa vie, de son histoire qu’elle n’aurait jamais pu imaginer. Tout commence avec le legs d’une maison, habitation dont elle n’avait même pas connaissance, dont elle ne sait même pas où elle se trouve mis à part dans un petit patelin au fin fond du nord de la France et qui se nomme Mont Eloi. Pourquoi ses propres parentes ne lui ont jamais révélé l’existence de cette maison ? Leurs propres vies dans ce petit village ?

Les questions fusent vite et la curiosité de l’héroïne côtoie vite celle du lecteur. L’intérêt autour de cette histoire familiale prime sur tout dans la vie de la jeune femme dès qu’elle découvre des questions qui trouvent parfois des réponses compliquées à donner. Cette intrigue a un lien très fort avec notre Histoire, une période non moins terrible, celle de l’Occupation. Et il s’avère que pour avoir des témoignages sur sa propre histoire, Elsa ne s’attaque pas au plus facile puisque tout va vers cette époque rude qu’on préfère oublier et cacher au fond de sa mémoire dans ce petit village meurtri.

Elsa est une jeune femme tenace, intelligente, parfois un peu trop insouciante et maladroite dans ce passé qu’elle remue sans penser aux conséquences que cela pourrait générer. Cette intrusion dans la vie de ses habitants n’est pas toujours simple, souvent gênante. L’intrigue paraît alourdie par cette ambiance mais aussi par le nombre de protagonistes. Un méli-mélo de noms pour des personnages déjà âgés où l’on a parfois un peu de peine à s’y retrouver avec les prénoms anciens multiples, des descriptions peu fournies.

La plume est fluide mais pas toujours facilitée par un manque de précisions visuels entre autres. Pourtant le contexte est riche en détails, il est bien étayé, abordant des sujets encore tabous, sujets dont je n’avais pas encore trouvé trace dans les livres autour de la Seconde Guerre Mondiale. Cette intrusion dans le passé avec un récit historique bien documenté a été le grand plus de ce livre surtout pour tous les thèmes autour de la vie des femmes durant l’Occupation.

En conclusion, j’ai fait une bonne lecture surtout pour tous les aspects qui ont enrichis ma culture autour de l’Occupation, je suis parfois restée un peu plus mitigée autour des facilités prises dans l’intrigue et du manque de travail autour des personnages plutôt nombreux.

  • Maison d’édition : Editions Taurnada
  • Nombre de pages : 250 pages
  • 4ème de couverture : Les vieux de Mont-Éloi savent pourquoi ils s’aiment ou se détestent, même si les autres l’ignorent. La seule histoire à laquelle il faut croire est celle qu’ils ont écrite au musée de la Chênaie.
    Elsa refusera cette vérité lorsque sa grand-mère lui léguera une maison perdue dans la forêt, à deux pas d’un village martyr.
    Guerre. Occupation. Épuration.
    Quarante années ne seront jamais suffisantes pour oublier et chasser les fantômes du passé !

 

Publicités

Un petit commentaire me ferait plaisir, n'hésitez pas

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s