Mon ombre assassine d’Estelle Tharreau


couv64979813

Mon ombre assassine est un thriller signé Estelle Tharreau. Une écrivain que j’avais déjà découvert avec De la Terre dans la Bouche paru l’année dernière, un thriller lui aussi mais qui était plus orienté sur un contexte historique prégnant au cœur de la Seconde Guerre Mondiale. Dans Mon ombre assassine, dès la lecture de la 4ème de couverture, vous saurez lecteur que vous êtes d’ores et déjà dans une lecture bien plus noire. C’est cet aspect qui m’a tentée et surtout ce côté « témoignage » d’une tueuse en série. Merci aux Editions Taurnada une fois de plus pour leur confiance.

Mon ombre assassine démarre de manière très franche avec quelques articles et études sur le sujet des tueurs en série en orientant directement sur ces femmes qui peuvent aussi devenir des serial killer. Nadège est l’une d’entre elle, c’est un fait totalement assumé et déclaré dès le synopsis. Nous la découvrons enfant jusqu’au moment de son jugement lorsqu’adulte, elle finit par être arrêtée et suspectée dans la mort d’un père de famille. Mais comment a-t-elle pu en arriver là ? Et qu’a-t-elle commis pour finalement être suspectée ? Son entourage s’est dit-il douté de quelque chose ?

Une foule de questions va vous assaillir concernant Nadège, cette jeune femme, cette institutrice appréciée de son entourage familial, de ses élèves et de leurs parents, que nous découvrons dès sa petite enfance est-elle ce monstre qui est décrit dans la 4ème de couverture ? C’est une plongée dans sa vie, son quotidien aussi bien à la maison qu’à l’école, ses relations avec ses proches. C’est un contact constant sous la forme d’un témoignage qui va permettre au lecteur de comprendre qui est Nadège.

Cet ouvrage est glaçant, perturbant. D’une part, l’auteur choisit d’aborder un sujet un peu occulté dans la vie courante : les tueuses en série. Eh oui, les femmes aussi sont concernées et finalement peut être plus que nous pourrions le penser. Ainsi, nous apprenons vite qu’elles ont un mode opératoire différent des hommes et qu’elles ne ciblent pas leur victime de la même façon. Estelle Tharreau a en ce sens fait un nombre de recherches que nous ressentons chaque minute dont elle n’hésite pas à nous faire part notamment avec les quelques articles qui parsèment son livre afin de vulgariser certains faits à notre attention. C’est probablement aussi pour nous glacer le sang quant au fil de l’intrigue nous allons visualiser qu’avec les quelques informations en notre possession, nous sommes en capacité de nous douter de certaines choses. Dans un second temps, le contexte, la personnalité, la psychologie de Nadège et même de son entourage englobent un récit si réaliste que cela devient angoissant. Et si finalement Estelle Tharreau avait recueilli un témoignage réel ou bien et si cet auteur était Nadège ? Il serait bien facile d’y croire. Cet écrivain a réussi à se plonger suffisamment dans la peau de son personnage et à étayer ses connaissances au travers de ces recherches pour nous écrire une intrigue qui pourrait paraître vraie.

Les retours au passé soit entre l’enfance jusqu’à la période où Nadège est une jeune adulte et le présent soit le moment où elle est inculpée à l’aube de la trentaine insufflent du suspens, de la terreur aussi car nous lecteurs nous sommes les seules personnes au courant de ses confidences et de sa réelle personnalité. Jusqu’au bout, nous aimerions pouvoir glisser des indices pour aider les enquêteurs mais malheureusement nous sommes juste des spectateurs bien trop passifs pour aider Nadège et cette impression sera récurrente car dès sa petite enfance au cœur de la cellule familiale, toi lecteur, je suis sûre que comme moi tu aurais voulu aider Nadège.

En conclusion, si vous recherchez un thriller bien noir, glaçant et réaliste sur une intrigue orientée sur les tueurs en série version féminine, foncez !

 

  • Maison d’édition : Editions Taurnada
  • Nombre de pages : 227 pages
  • 4ème de couverture : En attendant son jugement, du fond de sa cellule, Nadège Solignac, une institutrice aimée et estimée, livre sa confession.
    Celle d’une enfant ignorée, seule avec ses peurs.
    Celle d’une femme manipulatrice et cynique.
    Celle d’une tueuse en série froide et méthodique.
    Un être polymorphe.
    Un visage que vous croisez chaque jour sans le voir.
    Une ombre. Une ombre assassine.
Publicités

5 réflexions sur “Mon ombre assassine d’Estelle Tharreau

  1. Pingback: Estelle Tharreau – Mon ombre assassine | Sin City

Un petit commentaire me ferait plaisir, n'hésitez pas

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s