Dune, tome 1, partie 1 de Frank Herbert


dune, tome 1 partie 1 frank herbert

Honte à moi, je ne publie ma chronique que maintenant. Notre LC s’est faite dans les temps malheureusement, je me suis persuadée que nous étions sur une session juin/ juillet. Toutes mes excuses ma binomette pour ce contretemps.

Dune est une saga que nous avons décidé de sortir d’un accord commun avec Mina, ma binôme du défi Minérine. Pour cette session, après la réussite de notre 1ère LC sur le tome 1 des Cités des Anciens de Robin Hobb, nous avons décidé toutes les deux de relancer le pari.
Avant de faire notre choix, Mina et moi avons tâtonné un peu avant de nous décider pour nos lectures de cette session. Quelques hésitations car cette série nous a été décrite comme complexe mais vite balayées à mon goût.

Dune est une saga qui mise avant tout sur Paul, le personnage principal. Il occupe déjà le centre de l’intrigue dès les premiers chapitres. Ce jeune garçon doit aller sur Dune avec ses parents, planète que son père le Duc Leto vient de recevoir en fief. Mais avant leur départ, il rencontre une Révérende Mère des Bene Gesserit, ordre dont a fait partie sa mère par le passé. Cette congrégation est surprenante et orchestre tout un programme pour la procréation des enfants. On s’interroge vite sur la naissance de Paul et on comprend vite qu’il est une « surprise » puisque Jessica sa mère avait reçu l’ordre d’engendrer une fille. La Révérende Mère veut ainsi rencontrer Paul et lui édicte les grandes lignes d’une prophétie autour de la naissance du Kwisatz Haderach, un homme capable de voir ce qu’elles ne peuvent voir. Ses propos sont presque une mise en garde et éveille les soupçons sur une importance future.

Très vite de nombreux termes étranges apparaissent. Tous sont loin d’être explicites, le contexte ou l’intrigue ne nous aident pas forcément à trouver des explications claires immédiatement.
Cette lecture requiert patience et attention. Le cadre change vite avec l’arrivée sur Dune, une planète recouverte de sable où l’eau est une denrée rare et où la célèbre « épice » est récupérée. La découverte de la population locale, de leur mode de vie et de leur coutume, les nombreux peuples cités pas forcément alliés, certains sous la domination des autres impliquent une mémorisation intensive. Il faut démêler tout un écheveau pour assimiler le contexte politique et économique.

Les complots et les stratégies sont aussi constantes, les protagonistes sont sans cesse sur le qui-vive. La vigilance est de mise pour eux mais aussi pour nous en tant que lecteurs afin de suivre le cheminement du récit.

J’ai apprécié de trouver une lecture où je dois me concentrer un minimum par contre un cadre aussi changeant n’aide pas pour cibler son attention sur un ou plusieurs protagonistes. A l’issue de ce premier tome, j’ai l’impression de ne connaître personne réellement et de mon avis, ce n’est pas un aspect essentiel pour Frank Herbert qui n’a pas tant insisté durant ce premier opus.

Je me suis trouvée une passion pour les dialogues. A mon sens, ce sont les passages les plus intéressants sur le choix des mots prononcés notamment et à qui ils sont adressés. Petit bonus pour les lecteurs, nous avons des passages en italique qui nous signalent les pensées des personnages. Cela n’est pas négligeable pour comprendre les intentions, les sous-entendus exprimés au travers des dialogues.

Dune est une série très vivante où le facteur humain est souvent balayé au profit des complots, des prises de pouvoir dans un contexte politique mouvant. La religion semble prendre aussi une position importante et finalement nous découvrons un contexte travaillé avec minutie.
Au final, je ne dirais pas que cette lecture est complexe mais qu’elle est pleine de subtilités dans un environnement riche où il reste encore beaucoup à découvrir.

  • Maison d’édition : Editions Pocket
  • Nombre de pages : 348 pages
  • 4ème de couverture : Sur Dune, la planète des sables, germe l’épice qui donne longévité et prescience. A cause de l’épice, tout l’empire galactique du Padishah Shaddam IV tourne autour de Dune, âprement convoitée par les nobles maisons du Landsraad et la Guilde des Navigateurs.
    Leto Atreides, Duc et Cousin de l’Empereur, a reçu Dune en fief. Pour peu de temps. En 10191, il meurt assassiné. Mais son fils Paul, avec sa mère, trouve asile dans les repaires du peuple Fremen, indompté, invaincu, la lie de Dune pour certains, le sel de la terre pour d’autres. Paul grandit dans le désert et forge l’arme de sa vengeance.
    Mais ne va-t-il pas dépasser son but, lancer les légions Fremen en une effroyable croisade ? Il a, dit-on, le pouvoir de connaître l’avenir. Aura-t-il celui de l’éviter ?
  • Y-a-t-il une suite? : Oui tout un cycle existe sur Dune, mais les éditions françaises ne suivent pas forcément les éditions en VO notamment pour le tome 1 qui est découpé en 2 parties en France.
Publicités

Défi Minérine: mai/juin


Logo défi Minérine

Je vous rappelle les fameuses règles de notre challenge à Mina et moi:

  • Tous les deux mois, chacune choisit une lecture pour l’autre dans sa PAL avec un petit mot d’explication.
  • Chacune a donc deux mois pour lire le livre choisi et le chroniquer.
  • Le défi était prévu pour 6 mois à l’origine mais nous l’avons reconduit et nous nous accordons toujours 1 joker si nous manquons de temps ou dans l’éventualité d’une lecture qui ne nous plairait pas.

Le défi Minérine est reparti pour une nouvelle session, déjà le temps passe vite!! Nous sommes partis dans deux genres diamétralement opposés lors de ce début de printemps même si l’on cherche bien nous pouvons trouver des points communs dans les héros torturés et plutôt victimes de la société de nos deux livres . Mina a découvert Blaze de Robert Bachman alias S. King, roman avec lequel elle a passé un très bon moment avec un beau portrait d’homme avec un grand H comme elle l’a si bien dit. J’ai été ravie de tomber si juste et de constater que nous partagions des points de vue assez similaires sur cette lecture même si je ne sais pas pourquoi à l’époque je ne lui avais pas mis une si bonne note. Quant à moi, j’ai plongé au cœur d’Histoire d’une mère d’Amanda Proswe dont je suis ressortie plus mitigée. L’histoire est hautement « humaine » et touchante même si je suis restée déçue des développements autour des questions sur la dépression post-partum.

Pour cette session, nous sommes tombées d’accord pour refaire une lecture commune. C’est plutôt le choix du livre qui nous a causé quelques hésitations. Mina avait des idées bien arrêtées sur deux ouvrages : le tome 2 des Cités des Anciens de Robin Hobb ou le tome 1 de Dune de Franck Herbert. Pour le coup, j’étais d’avis de la laisser choisir car l’un comme l’autre me convenait. J’ai relu le tome 1 de L’Assassin Royal fin avril, j’ai fini Les Aventuriers de la Mer il y a peu pour continuer avec Les Cités des Anciens. Alors poursuivre cette série me plaisait assez car les Anciens sont des personnages qui me passionnent et cela devient très sympathique de relier les différentes séries entre elles les concernant. Et pour Dune, que dire à part qu’il serait temps de le sortir de sa boite… Cela fait des années que j’ai l’impression d’avoir raté un épisode quand je vois nombre de lecteurs dans mes âges qui l’ont déjà lu à l’adolescence ou au début de leur vie d’adulte ( c’est même simple je le croyais plutôt jeunesse).

Finalement, nous avons tranché tout à l’heure (oui oui on avait oublié de publier nos articles en tout début de mois, c’est bien car l’une comme l’autre on a fait la même chose, on est pas binôme pour rien)

dunetome1part1franckherbert

Sa réaction après décision définitive:

On prend des risques. *

* dixit le chéri de Mina, Dune est une série complexe. Oui, vous constaterez que l’affaire a pris une ampleur considérable mais j’ai eu des arguments qui ont pesé et nous aimons les challenges :D.

Mina a aussi rédigé son article sur cette session, vous pouvez aller le lire par ici (à venir).

Et voilà, souhaitons – nous bon courage et de bonnes lectures!!!

Histoire d’une mère d’Amanda Prowse


Histoire d'une mère Amanda Prowse

Histoire d’une mère d’Amanda Prowse est un témoignage bouleversant sur les difficultés de la maternité notamment dans la création du lien mère-enfant.

Les premiers chapitres de ce livre ont été assez décevant à mon sens car l’auteur n’entre pas tout de suite dans le vif du sujet. Le lecteur doit patienter avec la lecture des débuts de l’histoire d’amour de Jessica et Matthew, la découverte de la personnalité de l’héroïne, de leurs relations avec leur famille, leurs amis. Cette partie du récit n’est pas rendue très dynamique mais dévoile quelques éléments qui seront des pistes pour donner de la teneur au drame que va vivre ce couple dans leur découverte de leur parentalité.

Pour autant, l’auteur s’est essayé à donner un peu de rythme et de vivacité avec des alternances passé-présent. Les débuts sont assez ternes pour ce choix de narration car le sujet est vraiment trop décalé par rapport aux prémices de la vie de couple de Jess et Matt qui ne sont pas encore parents.

L’histoire prend vraiment du sens à la naissance de leur bébé et là c’est magique, un suspens bouleversant se met en place. Jessica pour laquelle, j’avais plutôt une vision de fille immature, antipathique, d’une exigence démesurée devient une jeune maman que le lecteur a juste envie d’aider, de rassurer… Mes entrailles de maman se sont à plusieurs reprises tortiller à cause des jours sombres que vivent Jessica et son mari. Il est impossible de rester impassible et l’auteur utilise des mots très justes pour aborder les thèmes de la dépression post-partum, les difficultés des premiers pas en tant que parents…

Je reprocherais cependant la présence de certains clichés qui nuisent au récit et n’apportent finalement rien de nouveau par rapport à ce que les médias, la société nous renvoient sur ces sujets ces dernières années. Ainsi l’amorce avec ce début de partie sur la personnalité de Jess, plutôt explosive et sujette à des crises dès que quelque chose ne tourne pas rond dans son quotidien ou encore certaines fragilités héritées d’histoires familiales étayent la thèse selon laquelle elle serait plus susceptible qu’une autre d’être victime de la dépression post-partum. J’ai trouvé ce genre de facilité assez désagréable et les réflexions sur les difficultés mère-enfant assez limitées.

En conclusion, c’est une lecture fluide qui sait prendre aux tripes. L’auteur a un don pour rendre vivant des difficultés vécues par des personnages fictifs mais cependant pour aller au-delà et parler du sujet sur un ton plus sérieux avec des explications plus rationnelles et sérieuses sur les causes et origines de la dépression post-partum, le lecteur n’y trouvera peut-être pas son compte. Je remercie Mina malgré tout pour son cadeau, pour le choix de ce livre pour le défi Minérine sur cette session mars/avril, c’était un choix très personnalisé presque parfait (si l’auteur n’avait pas pris certains partis pris)

  • Maison d’édition : Editions Milady
  • Nombre de pages : 439 pages
  • 4ème de couverture : Jess n’a que 23 ans quand elle épouse Matt. Un an plus tard, elle est enceinte et folle de joie. Son entourage se réjouit à l’approche de l’heureux événement. Mais quand arrive le jour tant attendu, Jess n’éprouve rien pour sa fille. Pas même de l’affection. Seule face à cette terrible découverte, elle redoute de commettre un geste irréparable.

Défi Minérine: mars/avril {Le Retour}


Logo défi Minérine

Je vous rappelle les fameuses règles de notre challenge à Mina et moi:

  • Tous les deux mois, chacune choisit une lecture pour l’autre dans sa PAL avec un petit mot d’explication.
  • Chacune a donc deux mois pour lire le livre choisi et le chroniquer.
  • Le défi était prévu pour 6 mois à l’origine mais nous l’avons reconduit et nous nous accordons toujours 1 joker si nous manquons de temps ou dans l’éventualité d’une lecture qui ne nous plairait pas.

Le défi Minérine est de retour, youpi!!! Mina a fait une bonne pause pouponnage et nous revoici toutes les deux pleines de motivation pour dégommer nos PAL et faire de belles lectures.  La dernière session s’était bien finie pour rappel, avec la lecture du Château des Poisons de Brussolo pour Mina et le tome 1 d’A comme Association d’Erik L’Homme pour moi.

Pour ce grand retour du défi, j’ai décidé de gâter Mina en choisissant un livre de son auteur préféré : le grand Stephen King. Plusieurs ouvrages de cet auteur trônaient en bonne place dans sa PAL mais mon choix s’est porté sur celui-ci car je l’ai déjà lu. Je l’avais beaucoup aimé, j’espère qu’il en sera de même pour Mina.

Blaze Stephen King Richard Bachman

Sa réaction quand je lui ai annoncé quel livre j’avais choisi:

Ok, je vais faire du total Stephen King les prochains mois, je suis dans Désolation.

A fond dans du Stephen King pour se remotiver, cela devrait être un combo gagnant pour ma binômette surtout que je sais qu’elle était un peu déçue d’être à la traîne sur un challenge S.King.

Pour découvrir le livre que Mina m’a choisi pour cette nouvelle session il faut aller par ici.

Et voilà, souhaitons – nous bon courage et de bonnes lectures!!!