Divergente raconté par Quatre de Veronica Roth


  • Maison d’édition: Editions Nathan
  • Nombre de pages: 259 pages
  • 4ème de couverture: L’histoire de Quatre avant sa rencontre avec Tris.
    Lors de sa cérémonie du choix, un jeune altruiste se dresse contre sa famille et sa faction : il rejoint les audacieux. Il choisit un nouveau destin, et devient Quatre.
    Mais ce qu’il découvre alors met en péril son avenir, et celui de la société tout entière.
    Va-t-il devoir se dresser contre sa nouvelle faction?

 

Mon avis: 

La trilogie en elle-même ne m’avait pas satisfaite de bout en bout. Pour dire vrai, seul le 3ème tome avait trouvé grâce à mes yeux. J’étais malgré tout curieuse de trouver ce tome hors-série raconté par Quatre.

Dans cet ouvrage, le point de vue et la narration sont orientés par Quatre, alias Tobias, du moment du choix, son début parmi les novices avec les Audacieux.

Roth focalise son récit sur l’identité, le pouvoir que nous pouvons détenir en connaissant l’identité d’une personne. Elle s’intéresse aussi aux difficultés que cela peut engendrer quand la personne renie celle-ci. J’ai apprécié ce récit plus mature par rapport à la trilogie. Contrairement au 3ème tome, où la narration alternée entre Tris et Quatre ne marquait aucune différence, ici notre héros se démarque bien et même très bien.

Enfin ce personnage le plus mystérieux est dévoilé à nos yeux !

Cependant, je suis loin d’avoir comblée, je suis même déçue avec la partie du récit où Tris apparaît. Elle n’apporte rien de supplémentaire en comparaison de la trilogie, nous assistons juste à une redite. Ce que nous rapporte Quatre sur ces moments-là n’est pas innovant ce qui me laisse perplexe sur l’intérêt de ce livre. Pourquoi acheter un ouvrage si c’est pour y trouver juste ¼ de contenu inédit.

Si je fais abstraction de ces passages avec Tris, le reste est très intéressant. J’ai eu l’impression de mieux cerner Quatre, d’être enfin entrée dans son intimité avec ses peurs, ses secrets, ses non-dits. Il apparaît plus humain ainsi et moins l’homme inattaquable qu’il représentait dans les 3 autres livres.

En conclusion, j’ai aimé un quart du livre et j’aurais pu m’en tenir là, mon appréciation générale aurait été beaucoup moins mitigée.

U4. Stéphane de Vincent Villeminot


  • Maison d’édition: Editions Nathan/Syros
  • Nombre de pages: 391 pages
  • 4ème de couverture: Cela fait 10 jours que le virus U4 accomplit ses ravages. Plus de 90% de la population mondiale est décimée. les seuls survivants sont des adolescents. L’électricité et l’eau potable commencent à manquer, tous les réseaux de communication s’éteignent. Dans ce monde dévasté, Koridwen, Yannis, Jules et Stéphane se rendent, sans se connaître, à un même rendez-vous. Parviendront-ils à survivre, et pourront-ils changer le cours des choses ?

    Stéphane est la fille d’un célèbre épidémiologiste lyonnais. Convaincue qu’il a survécu à l’épidémie, elle ne veut pas rejoindre le groupe d’adolescents qui s’organisent pour survivre. Si son père ne revient pas ou si les pillards qui contrôlent le quartier arrivent avant lui, son dernier espoir résidera dans un rendez-vous fixé à Paris.

Mon avis: 

J’ai eu l’occasion de recevoir U4. Stéphane de la part des Editions Nathan. L’engouement pour cette série sur les réseaux sociaux et blogs m’a incitée à me dépêcher de le lire. J’ai mis le temps car je vis à la vitesse d’un escargot ces derniers temps mais c’est chose faite.

U4, c’est le récit post-apocalyptique de notre monde dont la population vient de se faire décimer par le terrible virus U4 d’où le titre de cette série. La plupart des survivants sont des adolescents. Ces derniers s’organisent pour manger, dormir au chaud, pour limiter les tentatives d’insurrection… Ils se réunissent dans des R-Point où l’armée finit par intervenir dans le but de limiter la violence, les pillages… Nous suivons Stéphane, une jeune adolescente aux cheveux gris, fille d’un épidémiologiste. Au début du livre, elle est sans nouvelle de son père. Elle l’attend désespérément à leur domicile à Lyon mais les événements l’incitent à rejoindre un R-Point.

Cette histoire monte vite en violence. Ce virus qui a décimé tant de vies à tout bouleverser et très vite les profiteurs apparaissent. Il est parfois difficile de distinguer ce qui est le plus juste dans un univers où l’espoir d’un monde meilleur s’atténue au fil des jours.

J’ai été passionnée par ce récit très vivant. D’adolescente plutôt rebelle, Stéphane nous montre au fil des pages qu’elle peut être touchante. Elle est débrouillarde, elle se bat pour arriver à ses fins, elle finit par comprendre qu’elle a besoin d’alliés. Son personnage évolue beaucoup surtout car elle sait se remettre en question et s’adapter aussi, les événements ne lui laissent pas le choix. Son parcours connaît de nombreuses embûches qui la mettent en mauvaise position malheureusement et cela ne m’a pas laissée indifférente.

J’ai trouvé que deux rapprochements la concernant avaient été assez faciles mais vu la conjoncture je pense que cela reste assez réaliste. De nombreuses morts sont brutales et j’ai regretté de ne pas avoir pu découvrir de manière plus approfondie certains personnages.

            J’ai aussi aimé le réalisme du récit. Géographiquement, le lecteur s’y croirait, j’ai eu l’impression tout le long d’aller et venir dans Lyon puis un peu dans Paris. Concernant le domaine médical, je ne m’y connais pas vraiment mais j’ai eu le sentiment que ce qui nous était raconté crédible. J’ai apprécié de connaître la raison qui faisait que certaines personnes avaient survécu et d’autres non.

              C’est un beau livre où les espoirs de chacun sont intéressants, créateurs de réflexion. Chacun a les siens, certains les perdent, d’autres essayent de les sauvegarder.

              J’ai parfois regretté que les péripéties de Stéphane et de ses compagnons traînent en longueur. La fin me laisse perplexe aussi, je n’ai pas compris le revirement de situation. Dans tous les cas, je suis curieuse de découvrir les autres héros de U4 et une fois de plus, je retrouve les mêmes qualités dans ce livre que dans ceux que Vincent Villeminot a déjà écrit .

Lu dans le cadre du challenge baccalauréat dont la lettre choisie pour cette session est le  « L ».

Divergent, tome 3: Allégeance de Veronica Roth


 

  • Edition: Editions Nathan
  • Nombre de pages: 468 pages
  • 4ème de couverture: Tris et ses alliés ont réussi à renverser les Érudits. Les sans-faction mettent alors en place une dictature, imposant à tous la disparition des factions. Plutôt que de se plier à ce nouveau pouvoir totalitaire, Tris, Tobias et leurs amis choisissent de s’échapper. Le monde qu’ils découvrent au-delà de la Clôture ne correspond en rien à ce qu’on leur a dit. Ils apprennent ainsi que leur ville, Chicago, fait partie d’une expérience censée sauver l’humanité contre sa propre dégénérescence. Mais l’humanité peut-elle être sauvée contre elle-même ?

Mon avis:

Et voilà, je viens de refermer les dernières pages de cette trilogie. Mon avis sur Allégeances sera le plus positif car il m’a convaincue enfin de la qualité de cette série. Finalement, je regrette que cette division en trilogie ait été choisie car elle nuit à l’histoire. En effet, la plupart de mes attentes ont dû attendre le tome 3 pour être comblée. Je n’aurais pas reçu ce tome en SP grâce aux Editions Nathan, je ne sais même pas si j’aurais poursuivi c’est pour vous dire. Heureusement, je l’ai fait et ce que je dois en dire c’est que l’action a été omniprésente une fois de plus mais avec un point en fort en plus avec des réponses aux questions que la lecture des deux premiers tomes avaient amenés. Et cet ajout positif a des répercussions sur le contexte qui est enfin fouillé, abouti.

Ce tome incarne aussi le renouveau avec une évolution dans la narration. Deux points de vue sont maintenant présents, celui de Tris et celui de Tobias. Ceci amène du positif car j’ai enfin ressenti des émotions. Une meilleure compréhension des personnages du fait de la narration divisée m’a beaucoup aidée tout en ayant aussi des éléments en plus en ma possession pour comprendre la gravité de la situation. J’ai aimé aussi car les sujets sont plus sérieux, mieux présentés.

Enfin, les personnages ne sont pas figés sur leurs seules personnalités et leurs seuls instincts de survie ou de vie en société. Ils s’animent, ils réagissent, ils débattent sur les choix à faire, les conséquences de leurs actes, les éléments à prendre en considération et à privilégier. Les instincts primitifs ne dominent plus à eux seuls, la division en factions érigeait cette barrière et les conflits les ont abaissés.

Cependant, ce tome a eu encore ces faiblesses notamment avec cette double narration pas assez distinctive entre Tobias et Tris qui peuvent faire souvent oublier à quel personnage nous avons affaire. Les deux « voix » ne sont pas assez différentes pour les reconnaître d’emblée. Cela aurait mérité un travail plus abouti à mon sens. J’ai aussi trouvé la fin précipitée mais convaincante.

A vous de vous faire votre avis mais je le dis et je le redis la forme de cette série lui est trop dommageable, alors accrochez-vous.

 

Lu dans le cadre du challenge A&M Sagas

Lu dans le cadre du Challenge organisé par le forum Les Félés des LC

Et lu dans le cadre du challenge SFFF au féminin

 

Divergent, tome 2: Insurgés de Veronica Roth


 

  • Edition: Editions Nathan
  • Nombre de pages: 464 pages
  • 4ème de couverture: Le monde de Tris a volé en éclats. La guerre a dressé entre elles les factions qui régissent la société, elle a tué ses parents et fait de ses amis des tueurs.
    Tris est rongée par le chagrin et la culpabilité.
    Mais elle est Divergente. Plus que tout autre, elle doit choisir son camp et se battre pour sauver ce qui peut encore l’être…
  • Y-a-t-il une suite?: Oui il reste un dernier et troisième tome, paru le 15 mai 2014

Mon avis:

Comme vous avez pu le lire ou vous pouvez le lire dès maintenant dans mon avis sur le premier tome, j’ai été plutôt déçue à sa lecture et en conséquence j’avais beaucoup d’attentes pour le tome 2.

Ce livre est dans l’ensemble très différent du précédent. Déjà, dans sa construction, il serait presque possible de le diviser en deux parties, l’intrigue est moins uniforme et moins continue par rapport au premier qui menait au grand « boom » de cette société. La première partie concerne surtout la suite du revirement amorcé par la fin du tome 1. C’est le moment où chacun apprend à vivre avec cette division entre factions, à se chercher mais aussi à surmonter les différentes épreuves vécues au travers du début de cette guerre. De nombreux personnages sont blessés par la perte d’êtres chers comme Tris. Elle a vécu un traumatisme, elle a besoin de temps, elle s’apitoie sur elle-même. Cela se ressent sur sa relation avec Tobias mais au-delà aussi. Ainsi, je m’attendais à me rapprocher de ces deux personnages mais les évènements ne me l’ont pas permis du fait de la distance qui apparaît entre les deux tourtereaux. Pour Tobias, le récit et l’action le rendent moins proches. Il est différent depuis la guerre et peut être en partie à cause de Tris. Pour cette dernière, nous sommes constamment en sa présence mais elle est impossible à cerner. Elle est impulsive, il est difficile de comprendre ce qu’elle vit, pourquoi elle réagit ainsi car il y a quand même très peu d’explications mis à part les gros chocs que l’on sait…

Cette première partie traîne plutôt en longueur et j’ai eu beaucoup de mal à apprécier ce tome. L’action domine encore, j’ai suivi mais sans avoir de frayeur, de coups de cœur. Des actes renforcent cette lenteur quant à l’indécision ou les décisions changeantes du lieu de résidence des Audacieux…L’ambiance était pourtant suffisamment décrite et bien représentée au travers des réactions pour nous faire comprendre que les habitants de Chicago sont paumés. Bref du superflu, une fois de plus.

Finalement, j’ai enfin su profiter à fond à partir de la 2ème moitié de l’intrigue où mes attentes ont été comblées au travers de détails, d’explications sur le contexte, certaines révélations sur les factions qui sont faites de plus en plus souvent. Ce tome a été un plaisir pour cette raison. La fin est superbe, elle me rend impatiente pour la lecture du dernier tome de la trilogie. J’ai hâte d’avoir toutes les clés pour comprendre les origines d’un tel chaos.

En conclusion, je préfère Insurgés même si j’y retrouve encore des défauts précédemment cités. Cependant, j’ai enfin eu quelques réponses convaincantes et j’en suis satisfaite. Mais pour tout vous dire, Divergent ne sera pas la série incontournable que j’ai pu lire. Dommage, j’en attendais quand même plus. A savoir si le tome 3 fait remonter cette série dans mon cœur.

Lu dans le cadre du challenge A&M Sagas

Lu dans le cadre du Challenge organisé par le forum Les Félés des LC

Et lu dans le cadre du challenge SFFF au féminin