Iris Chevalier et le cristal de Fatum de Florence Cabre


Iris Chevalier et le cristal de Fatum

Iris Chevalier et le cristal de Fatum est une lecture que j’ai pu réaliser dans le cadre d’une confiance commune avec Florence Cabre et je l’en remercie.

Par le passé, j’ai déjà lu attentivement les deux premiers tomes de cette saga. J’avais pu faire part de mon ressenti auprès de l’auteur, du bon comme du plus mauvais et à chaque fois, Florence avait su faire preuve d’une ouverture d’esprit appréciable autour d’échanges constructifs et agréables. Déjà, le tome précédent avait été écrit en tenant compte des avis de son lectorat. Pour celui-ci, même chose, j’ai trouvé que les points soulevés par ses lecteurs ont encore fait mouche puisqu’elle a su en tirer le meilleur des partis dans ce dernier opus.

Le début d’Iris Chevalier et le cristal de Fatum est concis et très bien écrit. Il rappelle au fil de la narration sans lourdeur les évènements précédents. Le petit travail de mémoire se fait tout simplement et de la manière la plus agréable possible. Le rythme est bon, la lecture est véritablement efficace sous la plume de Florence Cabre puisqu’elle va à l’essentiel pour aboutir à l’issue de la mission d’Iris : réaliser la mission donnée par sa grand-mère.

Dans cette série et dans ce livre-ci, il y a des passages magiques, entourés de nostalgie pour ma part dès que j’y retrouve les références à Harry Potter. J’adore l’appropriation retranscrite à l’histoire d’Iris, un grand merci à l’auteur d’avoir continué sur cette voie et surtout pour les belles idées trouvées.

Pour cette fois, j’ai eu des surprises magnifiques comme le voyage en Galoucie et l’évolution d’Iris, l’héroïne de la trilogie. En Galoucie, j’ai trouvé un plaisir à trouver des passages presque futuristes, connotant le récit d’une teinte dystopique. Le travail est ingénieux, abouti. Si bien que c’est un réel dépaysement à la lecture car j’ai pu me laisser emporter totalement par le réalisme du pays et de l’ambiance aseptisée et totalitaire du cadre imaginé. Un seul mot prodigieux.

Concernant Iris, j’ai trouvé une jeune fille plus mature, avec un caractère plus affirmé, plus sincère aussi puisqu’elle n’hésite vraiment pas à dire ce qu’elle pense même pour les sujets les plus compliqués. Elle est plus indépendante aussi, elle affirme mieux ses idées et ses valeurs. Son côté enfantin très présent a disparu et enfin nous avons une véritable adolescente sous nos yeux.

Quelques points, cependant, ont été un peu moins à mon goût soit une perte de vue du trio originel, des passages moins fréquents à l’Académie, un lieu que j’apprécie particulièrement et la fin un peu trop rapide.

Concernant le trio, je parle bien sûr d’Iris, Lucas et Angèle. J’ai eu la forte impression que Florence avait abandonné l’idée de faire de cette amitié une force contre l’ennemi et que des atouts existants ailleurs étaient plus que nécessaires (opinion que je partage aussi). Ainsi, nous voyons les 3 amis moins fréquemment ensemble pour leurs différentes aventures. Le trio n’existe plus ou presque plus car il n’est pas présent en continu voire c’est un trio mouvant avec l’importance que va prendre d’autres personnages. Je suis assez triste car je trouvais que c’était un élément fort dans cette intrigue et je m’attendais à ce qu’il perdure dans le temps. Néanmoins, cela ne nuit pas à l’intrigue et je fais part d’un sentiment bien personnel.

En conclusion, j’ai fait une très bonne lecture, probablement la meilleure sur les 3 tomes. Les pages filent à une vitesse, Florence Cabre a été d’une efficacité à toute épreuve pour aboutir à l’objectif convenu tout en l’agrémentant de passages imaginés réalistes et dépaysants. Maintenant, j’aurais envie que Florence Cabre nous prépare une prochaine histoire, plutôt SF (dystopie…) car je crois que nous aurions des merveilles à découvrir pour le bref aperçu lu dans ce dernier opus en Galoucie.
Tous mes vœux de réussite et bonne continuation à l’auteur !

Un coup de pouce pour Iris Chevalier

  • Maison d’édition : Editions Librinova
  • 4ème de couverture : Depuis la cérémonie de l’unisson des planètes, il n’y a plus qu’une chose qui compte pour les amis d’Iris : sa sécurité. Cela irrite encore plus son caractère explosif. La population galouk sur terre est affolée par les rumeurs d’attaques et de guerre naissante. D’autant plus qu’un parti politique xénophobe, le Conseil des Justes, voit le jour et se renforce. L’académie De Vinci devient un internat fermé et obligatoire, où l’atmosphère autrefois conviviale se détériore.
    Entre l’amnésie sélective de son père, son récent pouvoir de guérison et la menace d’Otaktay, Iris est encore une fois contrainte aux secrets et à la prudence.
    Mais pour mener à bien la nouvelle mission que sa grand-mère lui a confiée, elle devra prendre des risques démesurés et se battre contre un sentiment encore inconnu : la peur.

Iris Chevalier et la pierre élémentaire de Florence Cabre


couv67863357

  • Maison d’édition: Editions F. Bleurec
  • Nombre de pages: 254 pages
  • 4ème de couverture: En ce début d’année scolaire, Iris Chevalier est assaillie par le doute. Elle souffre de maux de tête incompréhensibles quand elle télépathe. Son grand-père Nekoha, roi déchu, lui annonce des changements notoires au collège de Vinci. Pour couronner le tout, il lui est impossible de se rappeler ce qui s’est passé le jour de l’ouverture de la porte vers la Galoucie !
    Et alors qu’elle a perdu tout espoir de retrouver son père, elle reçoit une enveloppe mystérieuse contenant une lettre énigmatique et une boussole qui n’indique pas le nord.
    Il n’en faut pas plus à Iris, pour se lancer avec ses deux amis galouks, Lucas et Angèle, dans une nouvelle quête qui leur fera vivre une aventure fantastique singulière pétrie de rebondissements !
  • Y-a-t-il une suite? : Une suite est prévue mais pas parue à ce jour.

 

Mon avis: 

La lecture du premier tome m’avait laissé ravie et j’attendais avec impatience la sortie du tome 2. Florence Cabre m’a recontactée pour m’annoncer l’arrivée de son dernier bébé et m’a proposée de nouveau de le lire en échange d’une chronique. J’ai de nouveau accepté et je me suis procurée par la même occasion les versions papier de ces deux tomes de la série « Iris Chevalier ». Quand j’apprécie généralement, je n’hésite pas à me procurer les livres pour en garnir ma bibliothèque. Les jolies couvertures sur papier glacé, les dédicaces, je ne dis pas non et je remercie Florence au passage pour les petits mots qu’elle nous a laissé à mes enfants et moi. J’espère qu’ils liront ces livres plus tard, j’ai investi pour eux aussi dans ces deux achats.

Quand j’ai reçu le tome 2, j’ai eu un instant de panique concernant les souvenirs qu’ils me restaient du tome précédent. Heureusement, j’ai été bien vite rassurée car de nombreux rappels sont présents dès les premières pages sur les derniers événements du tome 1. C’est un point positif et une sécurité non négligeable de la part de l’auteur.

Ce livre se démarque par un renouveau total. Changements, surprises, ce livre développe beaucoup d’attente. L’école d’Iris a évolué aussi bien sur le plan des cours qu’avec l’arrivée de nouveaux enseignants. Florence Cabre a fait un très bon choix en nous évitant toute routine et redondance avec ce qu’elle aurait pu aborder auparavant. Ce contexte novateur, je l’ai surtout aimé car il m’a rappelé celui de Harry Potter. Je suis une fan, j’ai dévoré cette série durant toute mon adolescence et j’ai été bien nostalgique de retrouver des similitudes avec Iris Chevalier et la pierre élémentaire. L’imagination de l’auteur est vraiment dépaysante et je me suis beaucoup attardée à me demander à quel moment j’allais me faire surprendre encore et encore ou à rire des rapprochements que j’ai pu faire. Ces « ressemblances » s’accordent totalement à l’univers, elles sont surprenantes et inattendues.

Par contre, j’ai trouvé quelques faiblesses à ce tome 2. D’une part, j’ai repéré de nombreux problèmes de rythme. Le titre nous indique une pierre, ça a été un repère pour moi et j’attendais beaucoup après. Finalement, le cheminement de cette quête met beaucoup de temps à se mettre en place. L’histoire traine à mon sens sur le contexte, les nouveautés de l’école, à l’image d’un premier tome sauf que nous n’y sommes plus. J’ai trouvé cette lenteur logique dans le sens où la possibilité d’un état second pour nos héros serait logique suite à la fin du tome 1. Iris a été choquée, elle a du mal à reprendre le cours de sa vie à la normale mais la reprise de sa vie routinière de collégienne s’éternise et c’est vraiment cela que je pointe du doigt. J’ai trouvé cela dommageable d’autant plus quand la fin est amenée et balayée trop rapidement. D’autre part, d’autres incohérences parsèment ce tome comme l’absence d’un personnage important du livre précédent, Apisi dont personne ne s’inquiète vraiment ou encore les informations que nous apprenons d’un bloc sur le père d’Iris qui ne sont pas très claires et manquent de logique.

Pour autant, j’ai aimé l’évolution d’Iris dans ce tome. Elle découvre une partie de son identité avec les possibilités que lui donne cette école et la fin nous prouve qu’elle a véritablement gagné en maturité avec le choix qu’elle fait. Elle se corrige enfin d’elle-même pour cette façon de comprendre les expressions au premier degré. C’est un point qui me dérangeait dans le premier tome et auquel je me suis habituée et que je considère maintenant comme faisant partie de la personnalité de l’héroïne. Concernant les personnages, j’ai aussi apprécié l’équilibre que Florence Cabre a su trouver entre les méchants et les gentils. Il y a du travail sur chacun des nouveaux arrivants ce qui n’est pas négligeable vu le nombre de nouveau.

En conclusion, j’ai apprécié ce livre car il a su me rendre nostalgique et m’amuser avec son contexte dans la lignée de Harry Potter. Cependant, cette lecture n’a pas été parfaite car je lui reproche quelques incohérences et des problèmes de rythme. Pour finir sur une bonne note, je trouve que Florence Cabre a su retoucher les petits défauts du tome 1 et je suis admirative de tout le travail qu’elle a fourni.

Mon avis sur le tome précédent est ici.

Iris Chevalier et les Secrets du Jardin de Florence Cabre


  • Edition: Editions F. Breurec
  • Nombre de pages: 250 pages
  • 4ème de couverture: Iris Chevalier a douze ans et bien que ses parents l’appellent “Princesse”, elle ne se sent pas complètement intégrée dans sa famille. Rebelle, elle est toujours à part et aux prémices d’une crise d’adolescence survoltée. Un jour, lors d’un pique-nique familial au bord du canal de “Nantabrest”, prise de colère, elle jette le collier de sa mère dans l’eau. Peu de temps après, son père disparaît mystérieusement. Sa mère, abattue et n’en pouvant plus de l’impudence de sa fille, l’envoie vivre à Paris chez son oncle, Aton. Cet homme immense et énigmatique ne parle que par télépathie. Petit à petit, Iris va découvrir une autre façon de voir la vie. Au collège Léonard de Vinci, un établissement pour les “êtres précoces et particuliers”, elle apprendra ce qu’est l’amitié, le courage et l’espoir à coups de multiples secrets qu’elle devra percer à jour avec ses nouveaux amis, Lucas et Angèle. Mais, va-t-elle résoudre l’énigme qui l’obsède par-dessus tout : où se trouve son père ?
  • Y-a-t-il une suite?: Oui

Mon avis:

J’ai lu ce livre à la demande de son auteur qui en désirait mon avis. J’ai répondu par l’affirmative à Florence Cabre car j’aime aider les nouveaux auteurs à se faire connaître un tant soit peu. Et suite à ma lecture, j’espère vraiment qu’elle y arrivera car j’ai beaucoup apprécié ma lecture.

Iris Chevalier et les Secrets du Jardin, c’est avant tout, un livre jeunesse. Pas de doute dès les premières pages, nous nous trouvons en compagnie d’enfants au centre de l’histoire, de sujets qui intéressent les jeunes lecteurs, le contexte est fait pour aussi. Cependant, le début m’a paru un peu exagéré pour démontrer quel public il ciblait. Une jeune fille de 12 ans, à l’aube de sa pré-adolescence, qui a quelques difficultés avec certains mots ou expressions comme Nantabrest cité dans le synopsis m’est apparue mal adaptée. Je pense que c’est le seul point que je regrette car j’ai eu du mal à entrer dans l’histoire l’espace de quelques instants car j’avais  l’impression de lire un roman qui ne ciblait pas le bon lectorat.

Cependant, c’est une histoire très émouvante, originale que j’ai tenue dans mes mains, qui a su me passionner pendant quelques heures. Iris Chevalier c’est une jeune fille de 12 ans, elle se situe entre la fin de l’enfance et le début de l’adolescence et cela se constate très bien par l’évolution des relations qu’elle a avec ces proches. Cette dynamique est très importante dans ce récit et donne un tempo bien marqué. Notre jeune héroïne a peu de chance car elle vient de vivre une épreuve très déstabilisante, la disparition de son papa. Cet évènement aura des conséquences terribles sur une période de sa vie qui n’est pas déjà très simple à gérer. Ainsi, elle devra grandir plus vite car elle est l’aînée, qu’elle a une sœur et un petit frère…

Ceci est raconté avec un grand réalisme qui parlera à des personnes qui ont vécu des faits similaires. J’ai beaucoup aimé la manière dont était amenée cette histoire de vie. Mais surtout, j’ai aimé la partie fantastique qui s’immisce en plein cœur de la vie d’Iris. Elle en fait une enfant spéciale, elle nous intrigue. Le mystère est très bien dosé, les faits imaginés par Florence Cabre sont originaux et réalistes. Je n’ai vu aucune fausse note et j’attends vraiment la suite. J’ai eu un gros coup de coeur pour sa nouvelle école de plus.

Personnellement, je conseille ce livre aux plus jeunes car il aborde très simplement des faits que tout enfant ou adolescent d’environ 12 ans va vivre comme son arrivée dans une nouvelle école, ses relations avec les adultes qui évoluent à l’arrivée de la puberté, la quête d’identité, l’envie de se connaitre voire des événements plus rares comme une disparition qui peuvent toucher certains. Ce genre de livre aide à faire grandir les plus jeunes et je sais que j’aurais aimé lire une telle histoire à cet âge. De mon point de vue d’adulte, j’ai aimé car cela n’a pas été sans me rappeler quelques souvenirs. Merci Florence Cabre de m’avoir rendue un peu nostalgique, de m’avoir fait entrer dans la vie d’Iris et j’espère très vite la retrouver pour lire la suite de ses aventures.

Pour découvrir le site de l’auteur et son actualité, il faut aller par ici.

 Lu dans le cadre du challenge Mort-Sûre

Lu dans le cadre du Challenge 4 saisons