La Symphonie des Siècles, tome 4: Prophecy, deuxième tome d’Elisabeth Haydon


  • Edition: Editions Pygmalion
  • Nombre de pages: 354 pages
  • 4ème de couverture: S’il s’est présenté à Rhapsody et à ses compagnons sous un visage amical, s’il a mis son arc au service de la reconquête et de l’unification des terres Bolgs, jamais Ashe n’a dévoilé son passé ou ses motivations. C’est à présent chose faite : il n’est autre que le héros qui portait jadis le nom de Gwydion, laissé pour mort des siècles plus tôt, et qui sert aujourd’hui d’enveloppe corporelle au plus néfaste des démons, le F’dor. Le chemin qui sépare Rhapsody et ses compagnons de l’accomplissement de la Prophétie est encore long, mais les Trois y voient désormais un peu plus clair dans la tâche qui les attend. Car tous les destins se croisent un jour ou l’autre au son majestueux de la symphonie des siècles.
  • Y-a-t-il une suite? oui il y a 6 tomes en tout en VF.

Mon avis:

Ce tome a été étonnant car il a pris la forme d’une enquête sur le F’dor afin de mieux l’éradiquer.  Cela incite Rhapsody, l’héroïne à agir en allant interroger différentes personnes dont les prophétesses. Un mélange des genres acceptable qui garde tout son charme avec son aspect poétique et lyrique comme toujours. Avec Elisabeth Haydon, il est facile de trouver des passages à couper le souffle, des descriptions plus que charmantes, des sentiments plus vrais que nature même couchés sur papier. Dans ce livre, elle n’hésite pas à nous donner de nombreux frissons, de la peur et même de la tristesse pour des êtres chers. Si vous cherchez une bonne série en fantasy pour trouver tous les sentiments et émotions humaines retranscrits avec perfection c’est bien celle-ci.

Cependant, malgré tous ces points forts, cette seconde partie de Prophecy comporte le plus de défauts par rapport aux 3 premiers livres (parution française). Et c’est bien, le premier qui me déçoit car la jolie plume et des bonnes idées de départ ne suffisent pas. Pour commencer les critiques, je pense que la plus remarquable se trouve sur la non-décision de la part de l’auteur entre l’importance à donner à la recherche du F’dor. Elle met cette part de l’intrigue à égalité avec un autre thème cher à ses yeux : l’Amour. Et même parfois, ce qui n’est qu’une amourette supplante le reste. Autant dire que la menace par le Mal est mise à mal et minimiser de cette façon.

 Je peux comprendre qu’une écrivain cherche à donner des sentiments à ces personnages, à ce qu’ils interagissent entre eux mais quand ça ne suit pas la logique même d’un Monde, d’une Histoire crée de toutes pièces, ça ne passe pas pour moi même si c’est bien raconté, même si c’est « mignon ». Et en toute franchise, ces passages à la longue deviennent lassants car le lecteur forcément attend que la fameuse quête supra-importante qui est la lutte contre le mal avance.… Les monologues fleur bleu tout dégoulinants et les scènes érotiques ont été de trop. C’est cocasse ça ne correspond pas à la trame habituelle du livre. C’était dérangeant en fait. Mais le pire, c’est quand vous apprenez que ces passages qui ont pris de l’importance, de plus en plus d’importance  n’ont servi à rien car l’auteur décide d’un claquement de doigt que tout est oublié. Je n’ai pas compris la logique, vraiment pas. Je crois que j’aurais préféré ne pas être au courant comme Rhap’s mais Ashe n’a pas de pouvoir sur ma petite personne. C’est bien dommage.

En conclusion, j’ai lu une enquête qui a bien piétiné pour lesquelles les actions menées en parallèle de l’amourette se déroulaient par à coup sans prévenir et sans explication. Une déception c’est le mot. Je finis par me demander si j’en attends trop.

Lu dans le cadre du challenge A&M Sagas

Lu dans le cadre du Challenge organisé par le forum Les Félés des LC

Et lu dans le cadre du challenge SFFF au féminin

Tome 1

Tome 2

Tome 3

La Symphonie des Siècles, tome 3: Prophecy, 1ère partie d’Elizabeth Haydon


  • Edition: Editions Pygmalion
  • Nombre de pages:
  • 4ème de couverture: Grâce au travail de Rhapsody et de ses compagnons, les terres bolgs s’affirment à présent comme une puissance politique que ses voisins ne peuvent plus ignorer. Rhapsody se lance dans un périple qui la conduira à la rencontre d’Elynsynos, un dragon vieux de plusieurs milliers d’années. Mais le chemin qui l’en sépare est long, surtout avec un inconnu aussi imprévisible qu’Ashe. Pendant ce temps, Achmed et Grunthor partent explorer la crypte de Gwilliam et y découvrent la Matriarche, une vieille Dhracienne charismatique chargée de protéger le dernier Enfant Endormi, que le F’dor cherche à anéantir. Dans leur lutte contre cet ennemi millénaire, de terribles révélations attendent les trois compagnons, les rapprochant inexorablement de l’accomplissement de la prophétie…
  • Y-a-t-il une suite ?: Prophecy est découpé en 2 parties comme les 2 premiers tomes et il sera suivi de Destiny ( 2 parties aussi). Je parle toujours de la VF car la VO n’a pas divisée en partie les livres.

Mon avis:

Je vous ai parlé de Rhapsody assez récemment ici (partie 1) et ici (partie 2), voici mon avis sur la suite avec la première partie de Prophecy.

Encore une fois, ça a été un véritable plaisir de retrouver la plume d’Elizabeth Haydon. Dès les premières pages, elle se permet de nous faire un joli cadeau en reprenant cette partie si mystérieuse avec Méridion. Ce passage répond à celui présent au début de Rhapsody, ici, il est appelé « Intermède ». Tout en restant un personnage énigmatique avec son Éditeur de Temps, il nous permet de faire le point sur les faits passés en visionnant les cauchemars des protagonistes. L’auteur montre encore à quel point, elle ne manque pas d’idées pour éviter des passages redondants tout en prenant soin de son lecteur en lui rappelant les points clés.

L’histoire finit par reprendre avec une nouvelle lubie de Rhapsody qui s’est mis en quête de retrouver un dragon. Non sans mal, après quelques prises de becs avec notre cher Achmed, elle finira par y aller en compagnie du mystérieux Ashe. Enfin, c’est la première fois que nos héros sont séparés. Cela fait du bien de découvrir la jeune femme sans ses deux gardes du corps.

Cette partie lui sera essentiellement consacrée. Cela lui permet de montrer de quoi elle est capable seule tout en tentant de renouer avec ses origines. De nouvelles relations vont se nouer dont une superbe avec une femme à la nature très particulière. C’est un passage qui laisse sans voix tellement il est beau, émouvant. On ne peut pas me dire qu’Elizabeth Haydon ne sait pas décrire des sentiments après quelques pages de cette qualité. Par contre, la compagnie d’Ashe se révèle assez stressante, on ne sait pas qui il est, ce qu’il veut, s’il est un danger ou non? Le mystère persiste et c’est là qu’on constate qu’on s’attache au personnage car on a peur pour eux…

De leur côté, les garçons vont faire aussi leurs propres découvertes dans Ylorc, leur lieu de vie. Celles-ci laissent présager de futures heures noires malheureusement. Ils ne sont décidément jamais au bout de leur peine.

Et, les femmes décidément vont mener tout de front dans ce livre car Jo sera aussi délaissée par les hommes. Cette épreuve la fera bien évoluer et on peut commencer à l’apprécier …même si côté vie personnelle c’est silence radio. Par moment, ça devient agaçant de côtoyer des personnages sans histoire et si peu détaillés, le mystère ça va un instant mais pas trop. Bon après, on sent qu’elle nous titille ça reste supportable et je devines que cela arrivera bien assez vite.

Côté prophétie, évidemment comme le titre l’indique on apprendra des quantités de choses mais encore pas suffisamment. J’ai trouvé un passage un peu farfelu où Rhap’s n’avait pas l’air d’avoir le déclic pour la comprendre.Quand on est concerné de très près c’est sûr que tout ne saute pas aux yeux mais là j’ai eu l’impression quand même qu’elle avait perdu quelques neurones en route. Bon malgré tout, cette partie du récit va mettre ses nerfs à dure épreuve, elle fait de plus en plus de rêves qui l’angoissent beaucoup et elle ne le gère pas bien.

Pour les personnes déjà rencontrées qui réapparaissent, c’est aussi le moment des révélations, des rebondissements pas si rassurants. J’ai été vraiment surprise pour un des personnages même si quelques mots glissés par ci par là m’avaient très légèrement mis la puce à l’oreille.

Ce tome est mon préféré pour l’instant. J’ai relevé quelques défauts comme le manque d’information sur certains personnages, quelques incohérences (ou problème de vue à défaut) sur des mystères mais dans l’ensemble ça reste un plaisir à lire. Autant pour les passages magnifiques de descriptions des lieux visitées, des relations qui peuvent se créer. Ce récit est toujours d’une aussi grande richesse. Contrairement au précédent, ce livre joue sur le récit des temps anciens, des vieilles prophéties, de l’histoire de ces peuples qui ont traversé l’histoire. Une merveille je vous dis chaque pan imaginé est toujours aussi bien travaillé.

Lu dans le cadre du challenge A&M

≡ Tome 1

≡ Tome 2

La Symphonie des Siècles, tome 2: Rhapsody, 2ème partie d’Elizabeth Haydon


  • Edition: Editions Pygmalion
  • Nombre de pages: 390
  • 4ème de couverture: Quoique leur périple au cœur du monde n’ait duré à leurs yeux que quelques années, quatorze siècles se sont en réalité écoulés depuis le départ des trois compagnons de l’île de Serendair ! Sur les conseils de Llauron, le patriarche d’une bien étrange religion, la jeune Baptistrelle et ses acolytes ont pris la route de Roland, puis celle de Canriff, l’ancienne capitale des Cymriens. Achmed et Grunthor nourrissent le projet d’y rallier sous une seule et même bannière les différentes tribus bolgs des montagnes et de ressusciter la grande nation qui fut la leur. Mais il faudra compter avec une nouvelle recrue, au caractère aussi trempé que l’acier des couteaux qu’elle lance avec une précision mortelle…
  • Y-a-t-il une suite: oui encore 4 tomes en VF

Mon avis:

Cette seconde partie prend tout de suite une tournure différente sur le plan de l’histoire. En tant que lecteur, on ne sait pas trop à quoi s’attendre. Les protagonistes vont-ils reprendre la route pour fuir encore ? On s’attarderait encore sur une narration essentiellement descriptive. Ou alors vont-ils se poser réellement ? Et permettre au lecteur de découvrir une lecture enrichie par une panoplie de détails sur un nouveau monde, de mystères, d’évènements, d’actions.

Elizabeth Haydon a choisi la seconde option. Achmed, Grunthor et Rhapsody s’adaptent enfin à ce nouveau monde découvert durant la fin de la première partie. Ils s’y installent et vont prendre les choses en main. Ce sera l’occasion d’être promené dans un nouveau paysage, de constater les ambitions de nos héros. Je ne m’attendais pas à ce revirement de la part des Trois. Je pensais les voir plus passif, prendre enfin du temps pour eux, de se faire oublier afin de se reconstruire.

Sauf que dans ce tome, les menaces vont se distinguer. Ne domine plus la seule entité qui leur fait peur, on découvre des dangers supplémentaires et plus divers. Ils en prennent conscience et vont tenter d’agir face à ce nouveau contexte. On a une raison à leurs agissements et j’ai aimé que chaque nouvel élément développe des conséquences cohérentes sur le groupe, sur la population…

Cette seconde partie sera l’occasion de faire encore plus connaissance auprès d’ Achmed et Rhapsody. Pour Grunthor, on devra encore attendre malheureusement, on le découvre dans un nouveau rôle mais rien de bien étonnant. Il est toujours marrant par contre, c’est le rigolo de la bande.

Concernant Achmed , et bien il est moins secret, il se dévoile, il interagit plus avec les personnages et plus seulement par le combat. Il sait faire autre chose que se battre et râler « oh miracle !!! ». On le découvre stratège et très intelligent. Il se confie sur sa vie d’avant. Et, finalement il est reconnaissant envers Rhapsody qui lui a été d’une grande aide concernant son identité.

La jeune femme quant à elle, dévoile certaines facettes de sa personne. Comme son amour maternel décuplé et alors là autant vous dire que c’est quelque chose de très gênant car c’est d’un exagéré, d’un culcul, d’un inattendu, d’une incompréhension. Je ne sais pas trop que dire de plus mais j’ai eu par moment l’envie qu’elle s’arrête car elle énerve les gens. Même si c’est mignon, elle est trop excessive. On en apprend plus par contre sur ses pouvoirs enfin, même si on aimerait encore en savoir plus. Dans ce tome, on la découvre grosso modo comme une femme maniaque, protectrice, perdue aussi, nostalgique surtout.

Une nouvelle personne va s’ajouter au groupe, la sœur adoptive de Rhap’. On ne sait pas grand chose d’elle à part qu’elle était voleuse avant que sa protectrice la prenne sous son aile. Elle est très complice avec Grunthor mais Achmed ne peut pas la voir. Au moins, on a un aperçu de l’intégration d’un nouvel élément dans un groupe soudé et qui se connaît bien et les dissensions que cela peut provoquer. Pour ma part, je ne sais pas quoi en penser dans ce tome-ci. Elle donne un coup de jeune au groupe. Dans un avenir proche, de nouveaux sujets seront probablement mis en place grâce à elle mais elle apporte peu quand même pour l’instant.

Et un mystérieux personnage fait aussi son apparition et il intrigue vraiment c’est Ashe mais alors soyons patient car il y’a de la rétention d’informations dans l’air, il faudra lire la suite pour savoir.

Pour résumer, j’ai aimé trouver de nouvelles facettes à l’histoire, observer l’évolution de ce groupe qui est finalement pleins de ressources. On a toujours une attention particulière aux relations entre chacun. Cette fois-ci on s’attache aussi plus à la femme. Rhaps était la seule femme dans la première partie, la présence féminine sera beaucoup plus élargie cette fois-ci. On en arrive même à des remises en questions sur la place de la femme dans la société, l’importance de l’éducation, de la santé. Les avis s’opposent, on a le droit à des débats. L’intrigue est toujours enrichi, l’auteur développe toujours de nouvelles thématiques pour étayer son récit. Ce n’est pas seulement une saga de fantasy qui s’en tient à de l’action, des développements de personnages et d’un monde totalement inventé. Bien sûr, on retrouve ces éléments, on a le droit à un véritable essai aussi sur la culture et les pratiques du nouveau territoire mais ce n’est pas que ça.

C’est pour ça que j’adore cette série et que je la conseille. En plus, certains côtés clichés des personnalités des protagonistes rajoutent beaucoup d’humour. On ne s’ennuie pas du tout, on la vit cette histoire.

Lu dans le cadre du challenge A&M Sagas

≡  Tome 1

≡ Tome 3

La Symphonie des Siècles, tome 1: Rhapsody, 1ère partie d’Elizabeth Haydon


  • Edition: Editions J’ai Lu
  • Nombre de pages: 475 pages
  • 4ème de couverture: Tandis qu’elle enfile les rues d’Easton à toute allure pour fuir les hommes de Michael, un ancien amant devenu baron de la pègre locale, Rhapsody butte sur deux étranges personnages, qui l’aideront à régler son problème de façon… définitive. Ce qu’elle ignore, c’est qu’Achmed le Serpent et Grunthor, le géant Firbolg, sont eux-mêmes confrontés à une situation autrement périlleuse. Aussi, lorsqu’ils l’entraînent dans un voyage au coeur de la Terre le long des racines de Sagia, l’Arbre-Monde, Rhapsody se demande si elle n’a pas fait preuve d’un excès de confiance…
  • Y-a-t-il une suite? : oui cette série comporte 6 tomes dans la version française ou seulement 3 en VO

Mon avis:

J’ai commencé cette nouvelle série aux environs de cet été.  Je ne présente ma chronique que maintenant car j’ai toujours repoussé à plus tard la rédaction de mon avis final qui dormait au brouillon dans sa version antérieure.

Tout d’abord, il convient de dire que cette saga fantasy est critiquable sur la forme du moins concernant l’édition française. D’une part, la 4ème de couverture en dit déjà un peu trop pour ce premier livre. En tant que lectrice, je sais que c’est rageant pour beaucoup de lecteurs et je ne comprends définitivement pas l’intérêt de l’éditeur dans tout ça. Surtout quand la série a du potentiel, c’est gâcher au lecteur le plaisir de découvrir l’intrigue par lui-même et d’en profiter à fond. Et d’autre part, le découpage de cette saga en plusieurs titres puis en sous-parties restent perturbant et ne suit pas la VO.  Rhapsody n’est donc pas découpé en première puis 2ème partie dans les livres anglais. Heureusement, ici, ce n’est pas véritablement gênant, cela ne nuit pas non plus au rythme de l’intrigue.

Concernant le contenu, ce premier tome, il faut le dire m’a beaucoup plu et m’a vite convaincue de poursuivre la série. Les premières pages m’ont ensorcelée, je suis tombée dans un livre spécial, en deux trois mouvements, l’auteur m’a convaincue qu’elle savait écrire avec la description d’une histoire d’amour à faire rêver. Évidemment, ce n’est pas que le sujet voire c’est loin d’être l’essentiel. C’est une intrigue complexe qui se cache après ces premières scènes. Le fait de savoir décrire les sentiments d’une façon presque parfaite a aidé à me charmer mais pas seulement.

Étrangement, l’histoire se base sur le Temps, oui le Temps, pas seulement l’instant présent mais l’Avant, le Futur aussi. On se fait un peu retourner le cerveau mais quel plaisir de déguster une histoire qui prend le temps à contrepied, le malaxe et en fait quelque chose d’unique. Le récit se passe dans un monde particulier inventé de toutes pièces. Y vivent nos 3 héros mais pour un certain temps car des forces néfastes les menacent et ils doivent fuir et vite. Le prélude et d’autres passages de ce premier tome se passent ailleurs et à une autre époque. Il faut s’y retrouver, sur l’instant tout n’est pas clair c’est même très perturbant mais au moins on est prévenu, la suite n’est pas imaginable. On le sait et c’est là tout le plaisir, de lire encore et encore pour savoir où l’auteur veut emmener son lecteur et lui faire comprendre certains passages encore incompréhensibles.

Le point fort de cette série repose sur la civilisation décrite avec ses codes, ses légendes, sa culture. Il faut suivre cependant car le lecteur doit mémoriser de nombreuses choses mais l’auteur maîtrise et reste convaincante. A mon goût c’est un point essentiel pour faire de la bonne fantasy du moins quand c’est exploité et enrichi sur du plus long terme. A voir ce que cela promet.

De plus,  La Symphonie des Siècles  dispose de petits plus qui l’enrichissent comme la manière dont la musique est intégrée à l’histoire par exemple (l’auteure est elle-même musicienne) ou encore des lieux inédits comme l’Arbre-Monde.

Ce tome 1 m’a cependant fait peur l’espace d’un instant en contant le passage au centre de la Terre. Ce moment dans l’intrigue laissait peu de place à des rebondissements, de l’action. J’ai craint les redondances mais non l’auteure utilise encore une fois son art avec élégance et ne s’engage pas dans ces écueils. Le passage ne dure pas de plus et laissera place à la découverte de nouvelles têtes. C’est une preuve de plus que l’auteure maîtrise son texte et fait attention à son public.

Concernant les personnages, on trouve Rhapsody, l’héroïne. Elle sera accompagnée de deux autres compères Grunther et Achmed. C’est une des rares femmes de ce tome et en plus de ça, elle intrigue. Déjà grâce à son statut, elle est Barde, mais aussi de l’importance qu’elle donne à la musique, son physique aussi, ses origines, sa passion, ses instruments. Ses nouveaux amis sont aussi étranges, déjà à cause de leur physique aussi mais de leur Talent. Ces deux-là se connaissent de longue date, ils vont apprendre à découvrir Rhapsody et inversement. On découvrira chacun pour le peu qu’ils vont confier durant leurs aventures. On a aussi la chance de lire dans les pensées de la jeune musicienne et parfois de surprendre des conversations entre les deux hommes. Deux méthodes parfaites pour intéresser le lecteur mais qui ne répondent pas à toutes les interrogations notamment pourquoi ils ont aidé Rhapsody ?

Concernant les thèmes, ils sont divers. On parle des origines des civilisations mais aussi familiales, de la place des femmes, de la prostitution, de la violence, de la magie…

En conclusion, j’ai trouvé une lecture addictive. J’ai aimé la plume de l’auteure, elle maîtrise son sujet et c’est appréciable car l’intrigue et l’univers sont complexes. De plus, cette lecture laisse peu de place à l’ennui et changera les idées du lecteur qui passe par là. On oublie vite les défauts quant à la forme. Je conseille vivement.

Lu dans le cadre du challenge A&M Sagas

≡  Tome 2

≡  Tome 3