Méli-mélo d’avis #2


Je crée ce rendez-vous afin de partager mes dernières lectures avec des avis plus courts car je n’ai pas toujours le temps de m’attarder à faire des chroniques pour chacune de mes lectures. Ainsi par ces billets sous cet intitulé, voici mes dernières lectures et impressions.

courtavislavengeancedisabeau
courtavisobsidiennecourtavisquadrupleassassinatdanslaruemorguecourtavisdeglaceetdetenebres

Publicités

Le Chant des Sorcières, tome 1 de Mireille Calmel


  • Edition: Editions XO
  • Nombre de pages:  384 pages
  • 4ème de couverture: En 1483, dans le Vercors, la jeune Algonde fille de l’intendante du château de Sassenage, échappe miraculeusement à la mort après être tombée dans un torrent. Sous le choc, elle confie avoir été sauvée par la fée à queue de serpent, Mélusine… Désormais, pour la fière Algonde, rien ne sera plus comme avant. Afin d’échapper à une redoutable prophétie, elle doit percer les secrets du château: Quel mystère entoure la mort de la baronne? Pourquoi la plus haute chambre du donjon est-elle condamnée? Et surtout, d’où lui vient cette ressemblance troublante avec la fée? La jeune fille s’apprête à combattre des puissances aussi mystérieuses que maléfiques…
  • Y-a-t-il une suite? oui c’est une trilogie

Mon avis:

J’ai lu ce premier tome de la trilogie du Chant des Sorcières, il y a plusieurs mois déjà. Ma chronique n’a été faite que très récemment et j’ai lu le tome 2 entre temps. Pardonnez-moi d’avance si la description de mes sentiments sur le moment n’était peut être pas exactement identique à mes souvenirs.

De Mireille Calmel, j’ai déjà lu Lady Pirate . J’avais beaucoup aimé et cela m’avait convaincu de lire d’autres romans de cette auteur. J’ai poursuivi avec Le Chant des Sorcières un peu par hasard puisque j’ai aussi Le Bal des Louves sous la main.

En débutant cette lecture, je n’ai pu que la comparer à mes premières découvertes de cette auteur. Et j’ai été contente de découvrir un contexte, des personnages totalement différents de Lady Pirate. En effet, Lady Pirate racontait les aventures d’une héroïne au XVIIème dans l’Europe et le Nouveau Monde alors que Le Chant des Sorcières se déroule à la fin du Moyen-âge, dans le Vercors, dans un château plus précisément.

Mon enthousiasme est cependant vite retombé car la vie d’un château est bien plus figée par rapport à des aventures dans divers pays. L’ennui s’est fait assez rapidement sa place du à un manque d’actions. Malgré tout, j’ai su prendre du plaisir à découvrir la légende de Mélusine au travers de ce roman, j’ai apprécié les quelques rebondissements, le mystère crée autour des évènements que vit la jeune Algonde. J’ai trouvé que Mireille Calmel n’épargnait pas cette dernière avec des faits qu’elle ne maîtrisait pas du tout, d’une portée immense pour une si jeune demoiselle et de si basse extraction (niveau sociétale). Cet ensemble m’a permis de m’attacher à la jeune fille.

Ce livre est aussi plaisant car il ne se centre pas seulement sur Algonde, on y découvre aussi la fille du châtelain, Philippine appelée aussi Hélène. Cette dernière est un peu l’opposée de sa servante, Algonde, elle a le pouvoir, elle peut s’affirmer, elle peut mener la vie qu’elle désire. Mais comme toutes adolescentes, malgré leur différentes origines elles vivent la même chose sur le plan sentimental, sur leur condition de femme ce qui les rapproche et va créer un lien très fort entre elles.  Dans le cadre des personnages auxquels on attache de l’importance, on trouve au moins un membre de chaque ordre (ceux qui prient : oratores ; ceux qui font la guerre : bellatores ; ceux qui travaillent : laboratores.) comme des soldats, un sultan, des religieuses… Cette richesse est importante même si l’ensemble est si dilué que je n’y ai pas attaché tant d’importance au moment de ma lecture. J’ai pris conscience de l’importance de certains protagonistes seulement à la lecture du tome 2.

Pour résumer, ce tome 1 est intéressant mais il présente énormément de choses pour préparer la suite et finalement on se noie dans tous ces détails, ces descriptions. De mon côté, j’attendais plus d’actions et j’ai donc été légèrement déçue.

Lu dans le cadre du challenge A&M Sagas

et dans le cadre du challenge A&M Maisons Partenaires

Lady Pirate, tome 1: Les Valets du Roi de Mireille Calmel


couv52245255

  • Editions: Editions XO
  • Nombre de page: 496 pages
  • 4ème de couverture: Elle se prénomme Mary Jane.
    Dix-sept ans à peine et déjà un destin hors du commun : habillée en garçon depuis son plus jeune âge, maniant aussi bien le fleuret que l’alexandrin, elle a été élevée comme un lord, au nez et à la barbe de sa riche et puissante grand-mère. Mais en cette année 1696, il existe peu de place pour les histoires merveilleuses dans la capitale anglaise : devenue brusquement orpheline, elle-même menacée car détentrice d’un objet menant à un fabuleux trésor, l’intrépide Mary doit s’enfuir, direction Douvres.
    Après une escale chez une sulfureuse espionne, elle embarque à bord de La Perle, majestueuse frégate corsaire qui va déterminer le reste de sa vie…
  • Y-a-t-il une suite? oui un tome 2

Mon avis:

Les Valets du Roi, premier tome de cette duologie commence très fort par le récit des origines de cette jeune femme que deviendra Mary. Insolite est le terme pour caractériser l’ensemble du personnage. Mary est le second enfant de sa mère qui n’aura su garder aucun des deux hommes avec qui elle aura conçu sa progéniture, la mort et/ou la disparition ayant eu raison de ses personnages masculins.

Elle débutera son enfance auprès de personnages féminins essentiellement et comble de l’ironie deviendra un garçon pour le besoin pour disposer de l’attention de sa riche grand-mère. Elle disposera d’une éducation complète qu’une fille à l’époque n’aurait pu acquérir. Malheureusement, ce destin confortable prendra rapidement fin par les décès successifs des deux personnages centraux de sa vie.

L’aventure débutera avec la fuite loin d’un oncle qu’elle a volé, elle rejoindra Douvres, deviendra secrétaire puis prendra la mer où elle fera la rencontre de pirates. Toujours sous l’apparence d’un homme, elle découvrira le métier de marin, les attaques de pirate auxquels elle dévoilera une vraie « passion », l’amour aussi…. Mary vit une véritable émancipation, une liberté qu’elle n’aurait jamais pu connaître sous sa véritable apparence, elle en sera constamment consciente. Par la force des choses cependant, elle en usera à plusieurs reprises quand elle découvrira qu’un des objets volés à cet oncle détesté se trouvera plus précieux qu’il n’y paraît ; une quête étonnante débutera alors. Mary finira par abandonner la mer pour se mêler à d’autres aventures ou plutôt son destin lui réservera plus d’une surprise. Vie de cour, soldat…. sa vie continuera à être bien remplie, les identités qu’elle prendra multiple, le sexe masculin étant son privilégié, le danger courant toujours après elle, la tranquillité la côtoyant rarement.

Vous l’aurez compris Mary sera un personnage totalement surprenante surtout pour l’époque celle de Louis XIV, époque où les guerres sont nombreuses et la question de la religion très importante. C’est un siècle mouvementé où les femmes sont en général de charmantes épouses élevant leurs marmailles pour fournir des soldats aux armées plutôt que courant l’Europe en quête d’aventures. Bref déjà ce personnage est totalement étonnant, sachant se battre, naviguer, aller à cheval, totalement autonome… avec un caractère bien trempé mais utile vu son identité. Parallèlement, la quête rend ses aventures encore plus captivantes laissant le lecteur désemparé par ses tours du destin qui l’éloigne sans cesse de l’objet de ces convoitises. Mireille Calmel manie la plume d’une main de maître, décrivant les intrigues et aventures avec allure dans une écriture fluide, au vocabulaire maîtrisé.

Les personnages accompagnant les aventures de notre jeune héroïne sont tout autant détaillés, travaillés, de l’oncle haï de Mary, riche, opportuniste, fourbe n’hésitant pas à vouloir tuer sa propre parenté pour sa propre utilité, aidé d’un personnage tout aussi sombre, l’Homme en Noir, l’homme de main qui je le sens nous cache pas bien des surprises. Autre personnage féminin essentiel, Emma, attaché à Mary mais dont la personnalité reste parfois une énigme, indépendante mais de manière différente par comparaison à Mary, elle m’a beaucoup plus aussi. Et d’autres encore rythmeront ce premier tome riche en aventures du côté des gentils touts comme des méchants, Mary évoluera en leur sein, apprenant de la vie à leur côté en bien, en mal, recevant de l’aide ou au contraire récoltant les problèmes. Cette intrigue développe bien des richesses avec l’étendue de ses rencontres.

J’ai beaucoup apprécié ce roman historique très riche en aventures, qui ne nous ennuie pas avec des longueurs sur le contexte de l’époque même si l’on y reste très attaché et qu’on y découvre l’Europe et l’Amérique du XVIIème. Les personnages sont très insolites, les faits originaux, tout renforce l’envie de tout savoir et on reste sur notre faim avec cette quête peu entamée et un très fort retournement de la situation finale. Au début,  j’avouerais quand même avoir un peu bloqué sur cette ambiguïté de l’identité de notre héroïne mais l’auteure a su rapidement me convaincre.

Une très bonne lecture que je conseille à chacun, s’appuyant de plus sur une personne ayant véritablement vécue à l’époque décrite, Mary Read.