Vampyrrhic de Simon Clark


  • Edition: Editions Bragelonne
  • Nombre de pages: 488 pages
  • 4ème de couverture: Nichée au cœur des collines pourpres du Yorkshiren Leppington est l’un de ces petites bourgades bien tranquilles où la vie s’écoule sans histoires.
    Pourtant, sous les ruelles, s’éveillent de terrifiantes créatures. Une ancienne colère les anime, qui a tourné à l’obsession à travers les siècles.
    Et elles partagent une faim dévorante. Une faim insatiable. Car elles sont les nosferatu. Des créatures douées du pouvoir de drainer votre volonté et de briser vos résistances.
    Tant et si bien que c’est avec joie que vous vous abandonnerez à leurs baisers. Et leurs crocs acérés vous déchireront la gorge…
  • Y-a-t-il une suite?: Oui mais traduite en VO seulement.

Mon avis:

J’ai lu ce livre dans le cadre du challenge LPDA suite au choix qu’avait effectué ma binôme Mortuum dans ma PAL. J’ai opté pour Vampyrrhic car il me fascinait beaucoup et il dormait depuis très longtemps dans ma bibliothèque.

Ce livre narre l’arrivée de David Leppington dans la ville de ses ancêtres. Il s’y rend un peu dans le flou quant à sa carrière de médecin dans la région. Il s’installe à l’hôtel de Leppington géré par Electra en attendant de prendre sa décision finale. Cependant, son entrée dans la ville ne se fait pas de manière banale, il assiste à un événement bizarre où il va réagir en tant que médecin. En effet, des travaux ont lieu à quelques pas de l’établissement où il se restaure, un des ouvriers se retrouve la main coincée dans une bouche d’égout. Le docteur viendra à sa rescousse et aura l’affreuse surprise de trouver la main de ce pauvre homme dans un piteux état. Qui a bien pu lui couper ses doigts à travers cette grille ? Des rats ou autre chose ? Ce premier accident sera le premier d’une longue liste. Mais que se passe-t-il donc dans cette ville ?

Vampyrrhic est un livre d’horreur, le doute ne dure pas longtemps. Cette histoire est fascinante, sombre, angoissante. Le lecteur découvre pas à pas ce qui se trame à Leppington. L’auteur ne nous cache rien, chaque événement sera conté. Ce sera l’occasion de changer de point de vue et de suivre Electra, une jolie trentenaire qui a repris l’hôtel familial suite aux décès de ses parents ou encore Bernice, une cliente de l’établissement, mais aussi Jack, un repris de justice qui fait peur autant par son physique que par son comportement, etc.

J’ai aimé ce livre, je dirais qu’il fait partie des bonnes découvertes que j’ai pu faire ces dernières années. Il est très sombre, plutôt particulier. Le style de Simon Clark est franc parfois choquant. Par instant, on peut avoir l’impression de lire du Stephen King. Cette histoire est digne d’un scénario de film d’horreur, l’ambiance est cinématographique tout comme le décor, les bruits, la manière de changer de scène. C’est un récit très descriptif qui donne un rythme saccadé qui s’accorde totalement dans un livre d’horreur.

L’intrigue repose sur une histoire familiale, celle de David. C’est le point central du récit, j’ai trouvé que cela était peu novateur mais Simon Clark l’exploite très bien. Il crée toute une genèse autour des événements fantastiques qui se passent en ville. Vampyrhhic a pour autre point fort le travail autour du vampire. Ce n’est pas le vampire commun à la Dracula. Il a ses propres spécificités si bien que par moment cela est perturbant de voir cet être nommé ainsi car il ne correspond pas à l’idée habituelle que l’on se fait de ce monstre. Le lecteur devient vite avide d’en savoir plus sur ces capacités, sur l’origine de sa création…

Cependant, ce livre a aussi ces défauts comme les allusions au sexe qui reviennent très fréquemment. Cela peut être gênant pour certains mais l’auteur n’écrit pas du sexe sans rien développer derrière. Il amène de nombreuses illustrations à ce sujet qui amène des réflexions sur les fantasmes, les actes humains. Personnellement, j’ai trouvé ces introspections intéressantes. Ce livre est une très bonne analyse du comportement des habitants de cette ville, tout est dit sans tabou, de manière brute.

L’autre point faible de Vampyrrhic est sa fin, tout est trop vite raconté, trop vite fini et tout n’est pas véritablement fini en plus. Le fait de savoir qu’une suite existe en VO reste rassurant cependant car on sent que l’auteur avait encore à dire. Maintenant, il faut lire en VO…

Vous l’aurez compris j’ai vraiment aimé et mes points faibles n’en sont pas vraiment. A lire si vous recherchez un livre d’horreur.

L’avis de ma binôme sur son livre est par ici.

Lu dans le cadre du Challenge organisé par le forum Les Félés des LC

Publicités

9 réflexions sur “Vampyrrhic de Simon Clark

Un petit commentaire me ferait plaisir, n'hésitez pas

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s