Le vase rose d’Éric Oliva


levaseroseÉricoliva

Le Vase Rose d’Éric Oliva est un roman policier dont le point de départ va être la disparition d’un être cher, celui d’un petit garçon, Tao, l’enfant de Luan et Frédéric. Un terrible drame qui va bouleverser la vie de ce couple. Ce décès comme l’annonce déjà le synopsis bouscule Frédéric tout comme Luan.

Ce roman est un vrai livre à suspens avec un leitmotiv incessant pour ce père, chercher à survivre à ce deuil en trouvant des explications. Les démarches de ce père sont totalement entendables. Ce roman est aussi une belle illustration du rapport au deuil de deux parents.

La construction est bancale dans l’avancement de ce couple face à ce drame, ainsi l’auteur nous embarque plus facilement au côté de Frédéric, le héros du Vase Rose. J’aurais parfois apprécié de jeter un coup d’œil plus appuyé sur Luan. Mais leurs réactions à tous les deux sont très réalistes et l’auteur nous apporte suffisamment de détails pour chacun d’eux pour que nous lisions une histoire cohérente et précise pour un court ouvrage.

Ce récit se lit presque d’une traite, comme ses deux parents, nous voulons aussi savoir la cause du décès de ce petit garçon. L’auteur maîtrise très bien ce rythme et apporte à petites doses les éléments nécessaires pour l’évolution de l’enquête. En parallèle, l’auteur agrément des passages un peu plus secondaires qui renforcent la curiosité du lecteur au travers des alternances entre chaque chapitre.

Cependant, ce livre m’a tellement bouleversée que la fin m’a véritablement désarçonnée. J’ai eu une impression que l’auteur souhaitait une fin plutôt positive pour cet ouvrage et cela m’a déplu. Un grand sentiment d’avoir été flouée comme si je n’aurai pas dû lire ce livre. Le soufflet est bel et bien retombé pour moi et c’est avec une grande déception car ce roman m’a fait vivre des émotions intenses pour autant. En conséquence, ma chronique ne paraît qu’aujourd’hui car je suis restée très sceptique et je le suis encore. Pendant plusieurs semaines, je ne savais pas comment la rédiger, amener ce qui m’a gênée et je ne suis même pas sûre que j’arrive à exprimer clairement mon ressenti.

Merci néanmoins aux Éditions Taurnada et à Éric Oliva pour leur confiance.

 

  • Maison d’édition : Editions Taurnada
  • Nombre de pages : 232 pages
  • 4ème de couverture : Et si votre pire cauchemar devenait réalité ?
    Quand votre vie bascule, vous avez le choix : sombrer dans le chagrin ou tout faire pour vous relever.
    Frédéric Caussois a choisi.
    Pour lui, aucun compromis, il doit savoir, connaître la vérité.
Publicités

Un petit commentaire me ferait plaisir, n'hésitez pas

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s