Un intérêt particulier pour les morts d’Ann Granger


couv56927829

  • Maison d’édition: Editions 10/18
  • Nombre de pages: 379 pages
  • 4ème de couverture: Nous sommes en 1864 et Lizzie Martin accepte un poste de dame de compagnie à Londres auprès d’une riche veuve qui est aussi une propriétaire de taudis. Lizzie est intriguée d’apprendre que la précédente dame de compagnie a disparu, apparemment après s’être enfuie avec un inconnu. Mais quand le corps de la jeune fille est retrouvée dans les décombres de l’un des bidonvilles démolis récemment autour de la nouvelle gare de St Pancras, Lizzie commence à se demander ce qui s’est passé. Elle renoue avec un ami d’enfance, devenu l’inspecteur Benjamin Ross, et commence à enquêter avec son aide, au péril de sa vie, pour découvrir la vérité sur la mort de la jeune fille dont le sort semble étroitement lié au sien.
  • Y-a-t-il une suite?: Oui 4 tomes sont déjà parus.

 

Mon avis:

C’est dans le cadre du défi Minérine que nous nous sommes lancées avec Mina que j’ai lu Un Intérêt particulier pour les morts. A l’origine, ce livre avait atterri dans ma PAL suite à un très bon avis sur La curiosité est un péché mortel qui est le 2ème tome de cette série avec Lizzie Martin pour héroïne récurrente. Par logique, j’ai voulu découvrir cette saga par son début, ce qui est chose faite maintenant.

Un Intérêt particulier pour les morts est véritablement un tome introductif qui marque l’entrée de Lizzie Martin dans la vie londonienne avec son installation en tant que dame de compagnie chez une veuve, Mrs Parry, seconde femme d’un ami proche de son défunt père. Cette dernière l’introduit dans sa maisonnée suite à la disparition de Mary Newling qui occupait la place de dame de compagnie précédemment. Cette information Lizzie l’apprend assez tardivement c’est-à-dire au moment où des enquêteurs supposent que la dépouille de Mary Newling est celle retrouvée sur un chantier. Cela vous donne une idée de l’ambiance qui règne dans cette maison où beaucoup de sujets sont tabous, où plusieurs personnages qui y vivent ou la côtoient en imposent et font régner un cadre de vie qui se veut exemplaire.

Les premiers chapitres débutent de manière bien morose avec un personnel et un entourage antipathique qui représente très bien la société londonienne stéréotypée du XIXème siècle. Il y a le docteur Tibett, ami proche de Mrs Parry qui décide des sujets de discussion à aborder et passe son temps à faire la morale mais aussi Franck, le jeune protégé de la tante Parry qui vit sous son toit, travaille au Foreign Office, un vrai dandy au caractère surprenant. Parmi le personnel, le majordome et son tyran de femme font la loi et permettent à leur patronne de mener une vie bien cadrée et menée à la baguette. En quelques pages, l’ennui pointait son nez mais ce n’était sans compter notre chère Lizzie qui nous réveille de notre torpeur avec son don particulier, celui d’attirer la mort.

Notre jeune provinciale a comme l’indique le titre un intérêt particulier pour les morts mais surtout elle donne l’impression d’être un aimant à la mort. Fille d’un père médecin qui jouait à l’occasion le légiste pour des accidents ou des meurtres locaux, elle arrive dans Londres, croise bien rapidement un convoi funèbre et en plus, elle remplace une personne décédée dans des circonstances inhabituelles. En conclusion, soit Lizzie n’est vraiment pas chanceuse soit la Faucheuse la pourchasse dans son quotidien. J’opte pour la seconde option car l’héroïne est de nature curieuse et ne considère pas cela comme malheureux. Enfant, elle se cachait pour suivre son père quand il était appelé pour examiner des morts et dans cette histoire, elle est l’une des premières à mener l’enquête sur le décès de Mary.
Cette enquête sera menée en binôme officieusement avec Benjamin Ross, un inspecteur de Scotland Yard qui sera heureux de trouver du soutien de la part de Lizzie pour résoudre cette sombre affaire. Cette homme m’a beaucoup plu, il a été très critiqué par la plupart des Londoniens qu’il a croisé dans son enquête mais quand on connaît son histoire personnelle et qu’on observe sa détermination pour trouver le coupable il est remarquable.

J’ai aimé ce récit car l’ambiance est très réaliste autant sur le contexte avec un Londres de l’époque, ses quartiers malfamés, l’évolution de la ville, sa population et autant sur l’intrigue qui nous permet de suivre une enquête pas à pas. Le lecteur apprend avec les enquêteurs les informations que les témoins veulent bien dévoiler, le lecteur cherche les suspects aussi parmi les personnes les plus probables qui auraient pu commanditer ce meurtre… C’est un récit vivant et riche qui permet quelques surprises en plus avec un travail assez soigné sur chaque protagoniste.

Je lirais la suite maintenant car l’histoire personnelle de Lizzie m’intrigue. Merci Mina, j’étais contente d’avoir sorti ce livre de ma bibliothèque et de découvrir Ann Granger à l’occasion.

Pour lire son avis sur le livre qu’elle a lu pour notre 2ème défi c’est par ici.

Lu dans le cadre du défi Minérine

Et lu dans le cadre du challenge Polar Historique

 

 

Publicités

5 réflexions sur “Un intérêt particulier pour les morts d’Ann Granger

Un petit commentaire me ferait plaisir, n'hésitez pas

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s