La disparue de la cabine n° 10 de Ruth Ware


la disparue de la cabine N°10

La disparue de la cabine n° 10 de Ruth Ware est un ouvrage qui m’a aussitôt fait penser à un titre qui aurait pu être écrit par Agatha Christie. Les associations d’idées parfois sont tenaces et pour celle-ci je ne voulais pas trop en démordre. Avec la sortie en film du Crime de l’Orient Express ces dernières semaines, il est facile de vouloir faire certains liens. Et finalement, après la lecture du roman de Ruth Ware, je me dis que j’ai été plutôt bien inspirée car l’aspect psychologique à l’identique des romans de notre célèbre romancière était fortement présent, un jeu en lien avec les statuts sociaux des personnages et un univers très british m’ont fait conclure que Ruth Ware avait du lire de nombreux romans de la Reine du Crime et s’en influencer.

Lo Blacklock est journaliste dans un magazine de voyage. Une opportunité unique se présente dans sa carrière lorsqu’une de ses collègues du journal part en congé maternité plus vite que prévu. En effet, Lo va devoir la remplacer au pied levé lors d’un voyage sur un bateau de luxe qui fait son inauguration. Notre héroïne va devoir évoluer au milieu de riches et puissants businessmen mais aussi avec des confrères travaillant dans des journaux concurrents. Ces prochains jours vont être des moments plaisants même si Lo n’est pas à l’aise dans ce monde et qu’elle doit penser à sa future chronique. Mais tout serait trop beau si cela devait être si simple non ? Une nuit, Laura Blacklock entend des bruits étranges dans la suite d’à-côté et constate des faits qu’elle n’aurait jamais dus voir. Qui était-ce ? Et qui prévenir ?

Très rapidement, l’auteur veut nous convaincre que notre héroïne a une poisse totale, déjà avec le cambriolage de son appartement puis avec cette curieuse disparition dont elle va être témoin. Ce fait étrange va avoir des répercussions étonnantes sur ce bateau. Le huis-clos y est pour beaucoup et est sans conteste une idée très ingénieuse pour développer une intrigue où l’aspect psychologique a toute son importance.

L’ambiance est particulière sur ce bateau de riches où tout est fait pour mettre pleins de paillettes dans les yeux des invités. Le rythme tourne autour des activités proposées par l’équipage, des besoins des invités en très petit comité. Enfin très petit comité, il va sans dire que le nombre de protagoniste était bien suffisant.

Dans ce roman, une petite vingtaine de personnes évolue sur ce bateau et il apparait très difficile de tous se les rappeler. Cela n’aide pas pour que le lecteur participe et réfléchisse au(x) responsable(s) de la disparition surtout quand dans le dernier quart du livre, nous sommes encore en pleine découverte de certains personnages. Ce manque de maîtrise m’a légèrement frustré surtout quand je constate le nombre de passages un peu trop long sur les pensées, états d’âme de notre héroïne. J’aurais préféré découvrir de manière approfondie l’ensemble des personnages et observer des relations plus approfondies entre eux et Lo. La paranoïa de l’héroïne prend souvent le dessus et on finit par se demander si ce récit avait vraiment l’objectif d’aboutir à l’enquête et au dénouement de la disparition ou de s’intéresser à la psychologie d’une femme fragile mise à mal et vivant des moments difficiles.

Néanmoins, certains retournements de situation m’ont fait penser forcément à ce que j’aurai pu lire dans un roman d’A. Christie. La fin reste logique et cohérente. Les articles de journaux parsemant le récit sont les bienvenus et donnent du punch. Parfois, ils prennent de l’avance sur l’intrigue, parfois nous aident pour affirmer certaines réalités.

En conclusion, j’ai apprécié ce bon petit roman dans cet univers élitiste en plein huis-clos où cette disparition nous promet de grands moments de recherches, d’enquêtes… Cependant, je suis restée sceptique sur l’objectif réel de ce roman à savoir : développer la paranoïa d’un personnage ou bien résoudre une disparition ?

  • Maison d’édition : Editions Fleuve Noir
  • Nombre de pages : 432 pages
  • 4ème de couverture : Être témoin d’un meurtre ? Angoissant. Que personne ne vous croie ? Terrifiant.
    Une semaine à bord d’un yacht luxueux, à sillonner les eaux de Grand Nord avec seulement une poignée de passagers. Pour Laura Blacklock, journaliste pour un magazine de voyage, difficile de rêver d’une meilleure occasion de s’éloigner au plus vite de la capitale anglaise. D’ailleurs, le départ tient toutes ses promesses : le ciel est clair, la mer est calme et les invités très sélects de l’Aurora rivalisent de jovialité. Le champagne coule à flot, les conversations ne manquent pas de piquant et la cabine est un véritable paradis sur l’eau.
    Mais dès le premier soir, le vent tourne. Laura, réveillée en pleine nuit, voit la passagère de la cabine adjacente être passée par-dessus bord.
    Le problème ? Aucun voyageur, aucun membre de l’équipage ne manque à l’appel. L’Aurora poursuit sa route comme si de rien n’était.
    Le drame ? Laura sait qu’elle ne s’est pas trompée. Ce qui fait d’elle l’unique témoin d’un meurtre, dont l’auteur se trouve toujours à bord…
Publicités

2 réflexions sur “La disparue de la cabine n° 10 de Ruth Ware

Un petit commentaire me ferait plaisir, n'hésitez pas

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s