Avant que les ombres s’enfuient de Frédéric Surgan


Avant que les ombres s'enfuient de Frédéric Surgan

Avant que les ombres s’enfuient de Frédéric Surgan est le premier ouvrage publié de l’auteur. Ce livre a reçu tout récemment le prix 2019 section Polar du Salon du livre de la Krutenau-Strasbourg. Cet ouvrage m’a gentiment été proposé par l’auteur pour le découvrir et je le remercie vivement. Frédéric Surgan me l’a présenté avec ces mots «  Je me dois de préciser que s’il s’agit bien d’une enquête, le livre est en réalité davantage un thriller psychologique, entre réalité et imaginaire du personnage, et ne comporte pas d’intrigue policière classique. » Très convaincant, j’ai eu envie de le lire de suite.

Avant que les ombres s’enfuient est effectivement un polar décalé sur fond d’enquête, un inclassable alliant une intrigue historique au travers d’une enquête du héros et de recherches identitaires et familiales. Ce livre est original et ne retrace pas le cheminement d’une enquête habituelle si bien que par moment, le lecteur peut perdre de vue le polar ou le thriller psychologique. Pour ma part, c’est véritablement la trame historique qui a été mon fil rouge tout au long de cette lecture et qui a vraiment fait de ce roman un ouvrage intéressant.

Stan, le héros est un médecin ORL en peine dans sa vie, il vivote, il n’a plus goût à rien, a peu de lien avec les autres et cogite beaucoup sur son histoire familiale assez particulière. Sur fond de mystère, de recherche identitaire, de questions philosophiques, il enquête sur son passé en espérant que le présent s’en portera d’autant mieux.

Stan est un héros atypique particulièrement déprimant, aux idées bien arrêtées sur ses propres problèmes. Il a un amour grinçant mais ce n’est pas pour autant qu’il en devient plus agréable malheureusement. Par contre, quand il tient un objectif, il le suit fermement et c’est très décidé qu’il mène ses recherches. Au fil des pages, c’est un homme avec ses blessures que l’on découvre.

Ce livre est l’occasion d’aborder ainsi avec le protagoniste des développements autour du mal-être, des histoires de famille houleuses aux répercussions sur le présent. L’univers est original, il oscille entre des aspects oniriques et paranormales, un biais trouvé pour faire avancer le héros sur le chemin de sa vie. De fil en aiguille, avec un tel parti pris, des propos plus psychologiques voire philosophiques, prennent la suite, des passages qui selon mon point de vue ont fait perdre en rythme ce thriller psychologique sans donner à chaque passage plus de profondeur à l’intrigue. C’est à mon sens le petit bémol à cet ouvrage mais qui reste en lien avec la personnalité atypique de Stan.

Avant que les ombres s’enfuient est aussi la découverte d’une plume unique, Frédéric Surgan a un style bien à lui, riche en vocabulaire « argotique », décalé, idéal pour enrichir un lexique régulièrement étayé par des tournures métaphoriques. Ce style peut légèrement complexifier le début de la lecture, le temps de s’y faire. Mais cela vaut la peine de le découvrir puisqu’il donne ainsi une densité particulière aux émotions, aux sentiments. Ainsi le mal-être de Stan est prégnant et peut rendre vite le lecteur morose. Frédéric Surgan utilise aussi beaucoup l’humour ce qui apporte une touche de légèreté.

Pour ma part, les passages historiques sont vraiment mes préférés, les liens passé et présent se font échos, un vrai jeu d’écriture savamment calculé.

En conclusion, vous découvrirez avec ce livre une enquête sur fond de problèmes familiaux atypique dans un style unique. La personnalité de Stan tout comme certains passages plus philosophiques pourront être des limites plus subjectives mais pour ma part je conclurais en vous disant que c’est un inclassable à découvrir.

  • Maison d’édition : Editions 5 sens
  • Nombre de pages : 253 pages
  • 4ème de couverture : Stan médecin quadragénaire, aurait bien du mal à dire quand il a commencé à s’éloigner de sa vie et même à succomber, lui, un ORL, sous le déluge de bruits qui lui labourent le crâne. Cela remonte peut-être à loin. Au fond. Depuis, en tout cas, il flotte sans repère, son humour grinçant et féroce le sauvant du naufrage sans pour autant le rapprocher des autres. Il a encore quelques ancrages pourtant. A vingt ans, il a connu un grand amour, Anne, qu’il a perdu ensuite, sans vraie raison. Et il a une famille singulière. Quand il était enfant, son oncle Yvon qu’il aimait tant, s’est noyé en mer. Et au décès de son grand-père, patriarche redouté, d’autres secrets ont commencé à se dénouer. Mais le mystère perdure. Stan en est sûr: c’est quelque part par là que la vie s’est enfuie. Il doit comprendre l’histoire des siens, découvrir ce qui leur est vraiment arrivé. Il se lance sur leurs traces, il replonge dans le temps à leur recherche. Et puis il veut retrouver Anne. Peut-être qu’en réparant le passé, il pourra réparer le présent…
Publicités

Un petit commentaire me ferait plaisir, n'hésitez pas

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s