L’épouse de bois de Terri Windling


l'épousedeboiscouverture

Dans L’épouse de bois de Terri Windling avec une pareille couverture, il est facile de s’attendre à se perdre en forêt ou dans un lieu plutôt surnaturel voire un monde imaginaire. Pourtant le synopsis laisse comprendre que nous allons accompagner Maggie Black dans un univers bien réel, sur les traces de David Cooper, un poète tout récemment décédé qui lui a donné sa maison en héritage en plein désert. Maggie aura échangé une grande partie de sa vie au travers d’une longue correspondance avec lui sans jamais le rencontrer en personne. Le destin est étrange en lui permettant de découvrir sa vie après sa mort. Curieux, bizarre, vous direz-vous. Oui vous avez raison, ce livre brillera au travers de ces adjectifs du début à la fin.

J’ai lu les premiers chapitres de ce livre par à coup. Je me suis vite rendue compte que cette histoire était brillante. Malheureusement, je n’arrivais pas à rentrer complètement dedans et j’avais presque honte de me dire que je ne donnais pas toutes ces chances à ce livre en le lisant correctement, dans de bonnes conditions. Et, je me suis dit qu’il fallait que je me pose au moins 2 longues heures en compagnie de ce bouquin pour laisser sa magie me traverser. Miracle, je suis tombée dans la spirale de ce petit coin de pays unique, de ces habitants autrement dit les voisins de Cooper mais aussi les êtres mystiques cachés dans le désert, de leur quotidien, de leurs histoires, de leurs passions…

Ce livre a un rapport au temps particulier, il est facile de se perdre dans ce récit où je me suis plus sentie en majorité dans un rêve éveillé où le temps n’a plus de sens. Ce récit est un éveil des sens, parfois un bouleversement quand je me suis retrouvée incapable de savoir si j’étais à la fin des années 50 ou bien des décennies plus tard. L’intrigue devient si prenante. Les mots et les idées sont beaux, intéressants et si perturbants qu’il est difficile de rester ancrer dans un contexte temporel précis. La mythologie, la poésie sont prégnants et m’ont énormément plu en étant mis en évidence sous la plume de Terri Windling. Je précise que je n’aime pas la poésie en temps normal mais les bribes d’extraits présents dans L’épouse de bois sont merveilleusement raccordées à l’histoire pour que j’y comprenne quelque chose. Par instant, il est aussi possible de se croire tomber dans la folie comme quand Maggie, l’héroïne commence à se demander si des êtres surnaturels ne sont pas aussi ses voisins. Le lecteur est tout aussi perplexe que les protagonistes sur cette étrange magie qui semble résider dans le désert. Il faut la comprendre, l’appréhender pour y voir plus clair.

En conclusion, c’est un bijou dont je ne dirais rien de plus sur le récit car il mérite d’être découvert. Même si j’aurais envie de vous en faire un résumé plus approfondi, il serait difficile tant il y a à dire. Le fil du récit n’est pas linéaire, il ondule, il vacille, il permet que le lecteur s’évade. Si vous pensez adorer ça, n’hésitez pas une minute. En attendant, je classe L’épouse de Bois dans les lectures à lire au moins une fois dans sa vie.

Si vous souhaitez découvrir d’autres avis : Avis d’Acr0

Lu dans le cadre du Projet 52 2017

logo projet 52 une semaine un thème un livre

  • Maison d’édition : Editions Le Livre de Poche
  • Nombre de pages : 413 pages
  • 4ème de couverture : Maggie Black est écrivain, auteur d’études sur des poètes. Elle apprend qu’un de ses plus anciens correspondants, David Cooper, vient de mourir en lui laissant tous ses biens en héritage. Maggie décide d’aller s’installer dans l’ancienne maison de Cooper, pour enfin s’atteler à la rédaction d’une biographie du grand écrivain. Mais elle n’avait pas prévu que Cooper habitait en plein désert, dans les montagnes de l’Arizona (près de Tucson). Là, la vie n’a pas le même rythme qu’ailleurs. Les choses sont plus pures, les formes plus essentielles, les mystères plus profonds… Pourquoi Cooper est-il mort noyé dans un lit de rivière asséché ? Pourquoi des coyotes rôdent-ils autour de sa maison ? Qui est l’étrange fille- lapin qui s’abrite sous les grands cactus ? La magie de ces collines désertiques est puissante, Maggie Black devra prendre garde à ne pas y perdre la raison – ou la vie.
Publicités

6 réflexions sur “L’épouse de bois de Terri Windling

  1. Avant de commencer ma lecture, j’avais du mal avec le titre avec le « de » bois. Élement qu’on comprend très vite à la lecture. Je ne le trouve pas facile d’accès et comme tu l’écris, il faut pouvoir lui consacrer du temps (du moins une bonne session de lecture en début de livre). Après, la dernière partie peut aussi faire décrocher des lecteurs par son côté ésotérique, aussi ; j’en conviens. Néanmoins, j’ai su me plaire entre ses pages 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Oui le titre est bizarre et dérangeant mais à la lecture, je le trouve merveilleusement bien choisi ^^. La dernière partie est la meilleure à mon sens mais c’est compréhensible que des lecteurs n’adhèrent pas du tout c’est sûr.

      J'aime

Un petit commentaire me ferait plaisir, n'hésitez pas

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s